Nigéria Digital : État de la présence du Nigéria sur Internet

Nous restons en Afrique de l’Ouest, cap sur le Nigéria, après avoir débuté avec le Bénin qui nous aura fait plaisir par sa présence sur les réseaux sociaux. D’emblée le Nigéria est connue comme une nation très avancée sur le continent africain : sur le plan démographique,  politique, socio-économique, et même technologique car elle génère de nombreuses innovations. Le Nigéria Digital suit ce principe d’avancement. Les instituons nigérianes sont très présentes sur Internet. Et cela de manière impressionnante lorsqu’on compare avec les précédents cas étudiés.

Présence sur les réseaux sociaux

Ici nous procéderons un peu autrement. Les statistiques du Nigéria sont énormes. Il ne sera donc pas fait mention du nombre d’abonnés sur Twitter et sur Facebook. Les quelques illustrations qui seront faites suffiront à démontrer la largesse de sa présence sur Internet relativement aux réseaux sociaux.

Ceci dit, le Nigéria est, comme nous l’avons dit plus haut, très présent, d’une manière étonnante. On croirait voir les Etats-Unis tellement c’est bien fait au niveau des réseaux sociaux, particulièrement sur Twitter.

Nigéria Digital : présence sur Twitter

A ce niveau c’est très impressionnant. Absolument toutes les institutions du Nigéria sont sur Twitter. De la présidence au Parlement (Assemblée Nationale et Sénat), en passant par les ministères et un compte dédié pour le gouvernent comme c’est le cas avec le Bénin. Les forces de l’ordre sont aussi représentées : la police nationale à un compte Twitter certifié.

Par contre cette présence n’est pas totalement active. On peut constater qu’il y a des comptes qui sont inactifs des mois, voire plus d’une année. C’est par exemple le cas de celui du ministère de la justice. Mais aussi celui de la marine du Nigéria (Nigerian Navy).

Pour le reste nous avons en permanence des informations sur les activités des institutions, des déplacements du président aux audiences au Sénat.

En tout, 21 ministères nigérians sur les 22 qui existent ont un compte Twitter. L’absence nous vient du ministère des affaires du Delta du Niger. La Présidence et le Gouvernement en ont un aussi. Les forces de défense et de sécurité, ainsi que toutes les chambres du Parlement nigérian aussi. Et ce qui m’a semblé incroyable c’est de constater qu’une quarantaine des sénateurs nigérians actuels ont un compte Twitter. Le Président du Sénat a même un compte certifié et un communication à jour. Mais constat contraire pour celui de l’Assemblée Nationale. Au Cameroun il est difficile de parier que dans les  deux institutions 50% des membres connaissent Twitter.

Nigéria Digital : Présence sur Facebook

Le constat sur Facebook est presque le total reflet de ce qu’on a pu voir sur Twitter.

La Présidence de la République et le Gouvernement sont tous deux couverts sur Facebook par le compte Aso Rock Villa. Aso Rock Villa désigne par défaut le palais présidentiel nigérian. On y retrouve l’essentiel de l’actualité présidentielle et du gouvernement nigérian, parfois en temps réel.

 

Concernant les ministères, on constate encore l’absence du ministère  du Delta du Niger. Les informations à ce niveau sont traitées par le ministère des ressources pétrolières. Les deux ministères ont un rôle similaire dans la gestion des ressources pétrolières. Celui du Delta du Niger est spécifiquement chargé de développer cette région riche en énergie pétrolière.

Absence aussi du ministère de la justice, qui sur Twitter a un compte inactif depuis plus d’un an. Au rang des pages inactives sur Facebook il y a par exemple celle du ministère des transports. Cette page est même à l’abandon. Ou encore celle  ministère des finances. En fait il y a deux pages du ministère des finances. L’une d’elle est inactive depuis Mai 2014, et l’autre depuis le 12 mars 2017. Pourtant la ministre des finances à une page Facebook certifiée. Curieux, non?

Dans le cas où une institution a plusieurs pages sur Facebook, il faut considérer celle avec l’actualité la plus récente. Celle-ci fait gage de légitimité face à celle qui ne donne aucune information depuis (plus) longtemps.

Tous les autres ministères ont des pages actives, certaines certifiées. Nous pouvons citer ici les pages du ministère des ressources pétrolières et  celle du ministère de la santé.Absence aussi de l’Assemblé Nationale. Le Sénat lui est bien présent. Petit bonus, la Navy nigériane ainsi que  l’armée de l’air sont activement présentes sur Facebook.

Etat des sites internet

Il a été assez facile de retrouver les sites internet, notamment des ministères. Sur chacun de leur compte twitter, les institutions nigérianes ont intégré le lien de leur site internet sur leur profil. Regardez le lien à gauche, en dessous de la localisation.

Le Bénin a procédé de la même manière sur les comptes de la Présidence et du gouvernement.

Site internet de la Présidence

La plateforme est très simple, autant dans le fond que sur la forme. L’accueil est toutefois marquée une haute pointe de diplomatie.

On a droit a beaucoup de communiqués de presse sur le site, normal. Mais aussi des brèves sur les différents services de la Présidence comme la Vice-présidence ou encore le Secrétariat. Avec en marge les grandes lignes de la gouvernance nigériane actuelle sur les axes d’un meilleur développement.

Les ministères…

Les sites internet des ministères ne représentent que peu ce qu’on a pu voir sur Twitter. Sur la forme ce n’est pas souvent très beau à voir. Regardez.

Ceci c’est le site internet du ministère de la santé du Nigéria. C’est ce sur quoi on tombe en cliquant sur le lien épinglé sur le compte twitter éponyme.

Certains de ces sites internet peuvent prendre  cinq minutes à s’ouvrir. J’ai d’abord pensé que c’est ma connexion internet qui plante, mais non. Nous pouvons citer en exemple le ministère de la santé,  le ministère du travail. Ou encore le ministère de la recherche scientifique et technologique.  Ils prennent vraiment du temps  à s’ouvrir, ce qui n’est pas idéal pour une recherche. Et d’ailleurs, le site internet du ministère des finances est totalement inaccessible. Gros bémol pour le Nigeria Digital.

Standing ovation au ministère des ressources pétrolières qui est vraiment impeccable. Fond, forme, contenu. C’est beau, très simple et digeste, tout comme celui de la Présidence. Etant donné que c’est le Président Buhari qui est à la tête de ce ministère, on pourrait dire que ces vertus viennent de là.  La personne nommée comme à ministre dans ce ministère n’est qu’un ministre délégué.  Le chef d’Etat étant le véritable ministre titulaire.

Pas présent sur les réseaux sociaux, le ministère des affaires du Delta du Niger a par contre un site internet. Si sur la forme on s’attendrait à mieux, le contenu lui reste très simple aussi. On a droit aux habituelles rubriques  sur la composition du ministère et les projets, entre autres.

Le parlement

L’Assemblée Nationale et le Sénat  tous deux au sein d’un même site internet. Le graphisme est assez basique. Comme contenu on retrouve l’essentiel de la législation nigériane, partant de la Constitution.

Par contre il semblerait que le contenu de ce site internet provienne de sources non sécurisées. Cela signifie par exemple qu’en entrant dans ce site on peut facilement choper des virus  qui s’infiltreront dans l’ordinateur. Mon navigateur internet, très intelligent, a bloqué le contenu du site pour éviter le risque minimum.

Que retenir ?

Le Nigéria Digital est principalement marqué par son expansion sur les réseaux sociaux, plus particulièrement sur Twitter.  L’Etat nigérian semble y avoir consacré une large partie de sa communication sur ce réseau social. Les sites internet ne sont pas à la hauteur de ce qu’on aurait espéré de cette puissance économique. Ils donnent une vision moins avancée de ce qu’est l’Etat dans son ensemble. L’institution a  à ce niveau quelques lacunes à combler dans la présentation de ces sites internet.


Partage cet article pour une meilleure E-Gouvernance du Nigéria !

Suivez-le

Ludovic Baluro

Ludovic traine entre les sciences sociales, les séries, les mangas, et un peu de sport.
Suivez-le

One Comment

Laisser un commentaire