Mister Benson, photographe de mode ou sniper d’icônes ?

Déjà, ne vous inquiétez pas. Personne ne va tirer sur personne. Aucune balle perdue durant la lecture de cet article.  Je vous le garantis. Enfin, presque !

Mister Benson, l’immersion !

Alors qu’il était au terme de sa dernière année du secondaire, Mister Benson ou encore Samir Benson, pour célébrer l’événement, a organisé une grande fête. Il en profite pour se prendre un appareil photo jetable Kodak qui lui servira à immortaliser cet événement sous bien d’angles. Samir se jettera un peu plus tard dans les études informatiques mais sans grande accroche. Après tout, bien qu’il tînt sa fibre informatique de son père, il avait vécu entouré d’artistes. Il décide alors d’investir son temps libre dans la photographie.

Il apprend les manies du 8ème art par le biais du plus grand sage numérique : internet. Mister Benson explique : « Je me suis acheté un appareil photo avec mes économies, j’ai appris les différentes fonctions. Lorsque je ne savais pas faire quelque chose google and youtube were my best friends , j’ai lu tous les bouquins que je pouvais trouver, regardé un tas de documentaires, je me suis vraiment immergé dans la photographie ».

La Fashion Week, le déclic décisif !

Alors qu’il se contentait de capturer de façon monotone, des paysages de Londres, Samir Benson se fait inviter par un de ses amis à la Fashion Week.

Equipé de sa caméra, Samir débarque à la Fashion Week de Londres. A ce moment-là c’est le déclic ! Ses yeux scintillent et son monde s’emplit de multiples couleurs au contact visuel d’une panoplie de styles. Des plus exquis aux plus horribles, des plus fous aux plus originaux.

A ce moment, il sut qu’il se voulait être sniper de mode pour capturer toutes ces identités qui s’exprimaient au travers de styles aussi éblouissants que vibrants, aussi décalés que percutants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il était tout simplement tombé amoureux du streetstyle. Ça lui faisait découvrir la combinaison parfaite entre la photo et la mode. Y revoir Nabile Quenum notre Irawo qui l’inspire énormément et aussi de pouvoir capturer des moments, valoriser et rencontrer tous ces créatifs (stylistes, bloggeurs, éditeurs) et parfois certaines célébrités fut une expérience magique.

Mister Benson, la renaissance : Le sniper prend fonction

Je l’avoue, il n’était pas tombé. Ni quoi que ce soit du genre. Mais il faut dire qu’il a eu un sacré coup de foudre. Ce qui a démesurément booster son niveau de peps pour la photographie. La Fashion Week de Londres a su transformer la flamme qu’il portait en lui, en brasier. Mister Benson avait fondu devant le combo Fashion et photographie : « Le streetstyle, c’est cru, ce n’est pas pour poser devant la caméra, c’est naturel » confirme le sniper.

Passionné par la liberté d’expression, il a alors trouvé le moyen d’exprimer sa créativité ainsi que la personnalité de ses cibles par la photographie. Il raconte une histoire. L’histoire de la personne sur la photo. L’histoire de son style, de ses couleurs, de son sourire ou encore de son humeur pale. La créativité Benson parle.

Son ouverture d’esprit forgé par de multiples voyages et son héritage culturel constituent le joker de son originalité, affirme Mr Benson : « Je le prends comme un plus, je viens d’Afrique et du Bénin, j’ai des valeurs de par mon héritage africain mais j’ai eu la chance de voyager en France. Maintenant je suis à Londres. Ça m’a permis d’avoir une certaine ouverture d’esprit et une touche d’originalité ».

Le streetstyle à la Fashion Week est très rapide et fait défiler ceux qui ne savent pas mentir, ceux qui à travers leurs styles tirent leurs vraies couleurs au point où l’extérieur reflète l’intérieur. Mister Benson a donc pris l’habitude de photographier les gens à distance. Car ces derniers sont toujours pressés d’aller d’un endroit à un autre. Parfois, le sniper se fait remarquer. Parfois non. Mais l’important pour lui est de capturer les instants les plus naturels.

La vie de Mister Benson, reste un défi de taille.

Bien qu’il voyage énormément, de Paris à Milan, en passant par Londres et Cape Town, bien que grâce à la photo il a pu côtoyer des artistes comme Davido, des sportifs comme Neymar ou encore des actrices comme Emilia Clarke, la charmante Daenerys Targaryen de Games of Thrones, sans oublier ses multiples collaborations dont celle avec Diesel : « embrace your flaws / embrace yourself », le photographe qui n’est qu’au début de son parcours, avec seulement trois ans d’expérience a encore beaucoup de travail devant lui.

Dans son interview avec la iRedac, il affirme : « C’est un métier créatif mais il faut aussi se concentrer sur le business. Il faut être proactif pour obtenir certains jobs, la compétition est intense. Il faut constamment développer son réseau. Envoyer ses factures à temps et être organisé dans son administration. On dépense beaucoup  d’heures à éditer et on n’arrête jamais d’apprendre ».

Mister Benson X Diesel

Comme il le dit si bien : « It’s a slow grind, there is no overnight success ». Autrement dit c’est un parcours progressif, il n’y a pas de succès du jour au lendemain. Il considère qu’il faut se sacrifier pour atteindre son but; Y investir de son temps, de son énergie, de l’argent. Comme quoi, quand la passion est là, on le fait sans sourciller.

It’s a slow grind, there is no overnight success. Mister Benson Cliquez pour tweeter

Passionné, déterminé, ambitieux, fun, versatile, dynamique, le sniper de la mode nourrit de nombreuses ambitions dont faire évoluer son art et contribuer à la valorisation du tourisme au Bénin. Pour Mister Benson, l’Afrique c’est le futur.

💥 SON INSTAGRAM  


Partage son histoire à quelqu’un de ton entourage, et ainsi de suite 🙌🏿

Laisser un commentaire