Voici les 3 grandes peurs qui nous ralentissent dans la vie

Quel est ton plus gros échec ? C’est une question à laquelle j’ai du mal à répondre parce qu’il y en a beaucoup. Je préfère parler de mes peurs, parce que les échecs sont temporaires mais les peurs permanentes.

Nos peurs sont souvent la cause de nos échecs. Elles nous suivent tout au long de notre vie, prêtes à nous chuchoter à l’oreille: « N’avance pas. C’est risqué. » et nous empêchent souvent d’emprunter les chemins qui mènent à la réussite.

Voici les 3 peurs ( + 2 bonus )  qui m’ont fait plus de mal que de bien au cours de ma carrière.

1- La Peur d’Échouer

Suis-je suffisamment à la hauteur ? C’est l’une des questions que je me pose tous les jours. Cliquez pour tweeter

Pour quelqu’un qui veut réussir dans tout ce qu’il fait, la peur d’échouer est constamment présente. J’ai appris que plus on échoue, plus les chances de réussite augmentent. C’est comme lancer un dé. Plus vous lancez, plus vous avez de chances d’avoir le chiffre 6.

Je l’applique dans tout ce que je fais : essayer encore et encore jusqu’à ce que je réussisse. Ce qui veut dire que j’échoue mille fois plus que je ne réussis. Mais je dois l’avouer, ce n’est pas plus facile à chaque fois. La peur d’échouer reste fidèle à son poste!

De même que les chances de réussite augmentent, le doute augmente avec le nombre d’échecs. Il m’a empêché de débuter des choses quand j’aurais dû. Il m’a fait abandonner au moment où il fallait juste faire un petit effort additionnel.

2- La peur de ne pas prendre les bonnes décisions

Les décisions que nous prenons chaque jour déterminent notre futur. Vaincre cette peur m’a mis sur la trajectoire que j’ai actuellement en prenant des décisions qui auraient pu être désastreuses si cela n’avait pas marché.

Par exemple, quand il me fallait choisir entre me concentrer sur les études universitaires ou apprendre de moi-même mon métier, j’ai choisi ne pas prioriser les études universitaires parce que j’apprenais moins vite.

J’ai heureusement fait le bon choix, mais en ce moment-là ce n’était pas évident. En ce moment-là, ma mère me disait que les études étaient plus importantes, et le directeur de l’école s’étonnait que je ne sois plus le premier de ma promotion.

Aujourd’hui, les deux sont fiers. J’aurais voulu avoir toujours eu le courage de prendre une décision comme dans ce cas là mais malheureusement j’ai plein de fois laisser passer des opportunités.

Prochainement sur Irawo, la web-série Upper Echelon sur les jeunes qui n’ont pas eu peur de poursuivre leurs rêves

3- La Peur du Non

Je ne peux compter le nombre de fois où je n’ai pas fait ce qui m’arrangeait parce que j’avais peur d’être rejeté. J’ai préféré faire comme les autres plutôt que de faire ce que j’estimais bien.

Cela a résulté en des pertes de temps, mais aussi parfois, malheureusement, des relations brisées. Cela m’a aussi fait perdre beaucoup d’argent ; comme cette fois où malgré que je connaissais la valeur de mon travail, j’ai vendu un logiciel à un client, et il s’est fait environ 200x plus de revenus en 6 mois. J’avais peur qu’il rejette ma proposition d’un prix plus élevé et lui en ait proposé un qu’il a accepté sans broncher. Ce n’était pas la seule fois…

Ulrich Sossou aux Irawo Talks
Ulrich Sossou aux Irawo Talks

4- La peur du Regret

C’est la peur qui me donne des ailes. 

« Ne vous souciez pas des échecs, souciez-vous des chances que vous laissez échapper lorsque vous n’essayez même pas. »

 Jack Canfield.

5- La peur de ne pas être à la Hauteur

Ma plus grande peur. Suis-je suffisamment à la hauteur ? C’est l’une des questions que je me pose tous les jours.

« La victoire d’une grande cause ne se mesure pas seulement en atteignant le but final. C’est déjà un triomphe de se montrer à la hauteur de ses attentes au cours de sa vie. »

Nelson Mandela
Vote 4

Laisser un commentaire