Comment sortir de sa zone de confort pour mieux exploiter son potentiel

Ohayo mina-san !

J’espère que vous allez bien. Un mois que je n’ai plus rien posté ici, un mois que ça m’a manqué et surtout… un mois que ma vie a basculé !! (Oui bien sûr j’exagère mdrr). En effet beaucoup de choses ont changé pour moi dernièrement. Ma petite de vie a été bousculée et je me suis retrouvée à devoir gérer plein de choses à la fois. PS : ne faites pas comme votre go Mylène Flicka qui a cru que j’étais enceinte, parce que NON je ne le suis pas 🙄! Vous êtes vaincus. Anyway, il m’a fallu réaménager un bon nombre de choses et sortir de ma petite zone de confort pour rester sur ma ligne d’objectif.

Vous savez quoi, je ne savais même pas que j’étais dans une zone de confort

J’ai repris les cours. (J’espère que vous avez lu cette première phrase avec un ton dramatique ; si ce n’est pas le cas, recommencez !). Voilà. Ma vie de broke student a recommencé. C’est tout. Je me suis retrouvée à enchaîner de longues heures de cours et de route interminable tous les jours, sans avoir une réelle maîtrise sur mon emploi du temps et sur mes activités.

En gros, tout ce que je vous avais dit au début de l’aventure IrawoFit est parti en cacahuètes. Plus de réveil matinal pour aller directement en salle de sport, plus de repas structurés, plus d’extinction des feux à 22h pour être en pleine forme le matin. C’est fini.*pleure comme dans les feuilletons*.

Je dois avouer que j’étais totalement désorientée pendant la première semaine. J’ai raté trois séances d’affilée à la salle et je me sentais vraiment mal de ne pouvoir rien y faire. J’ai mangé des cochonneries à l’école et je me suis sentie comme une merde mdrr. En gros j’avais perdu tout contrôle ; j’étais sortie de cet environnement propice que j’avais aménagé autour de moi pour atteindre mes objectifs, j’étais sortie de ma petite zone de confort.

Demming Chen a trop souffert ; zone de confort par ci, zone de confort par là

Bon, trêve de jérémiades parce que le titre de l’article, ce n’est pas « les chroniques de la vie désastreuse de Demming ». Vous savez quoi, je pense que dans un certain sens, tout cela arrive pour le mieux. J’ai été la première ici à vous dire combien de fois il était important de sortir de sa zone de confort, de se bouger le cul et de donner tout ce qu’on a dans le ventre et plus encore pour se réaliser, atteindre ses objectifs.

C’est donc logique que je sois la première à donner l’exemple. J’ai décidé de relativiser les choses et surtout d’accueillir pleinement tous ces nouveaux défis qui s’imposent à moi. Pas question de pleurnicher et de perdre du temps (mais j’avoue que j’ai pleurniché un peu mdrr). Qu’il s’agisse du parcours dans le fitness ou peu importe la nature d’un but, la route pour l’atteindre est longue et souvent sinueuse. Je l’ai crié sur tous les toits (parce que j’en suis convaincue) et maintenant il est temps d’assumer (vous sentez l’esprit shonen là?😏).

En gros, zone de confort ou pas, j’ai décidé de retrousser mes manches et de me donner à 200 %. J’ai tout d’abord commencé par me réapproprier mon temps. Même si dans l’établissement que je fréquente, les imprévus ont plus de force que le règlement intérieur, j’ai décidé de réaménager mon temps et mes activités sur la base de mes horaires de cours. Je me suis retrouvée à 4 séances de gym au lieu de 5 par semaine, avec 3 séances en soirée et 1 le matin. J’ai également remodelé mon jeûne intermittent et mis à jour ma liste de courses, mais surtout, je suis me définitivement décidée à devenir boss du meule prep (même si j’avoue que je galère encore).

Manger dehors h24, c’est mauvais pour mes objectifs (et pour mon porte-monnaie mdrr). Impossible de contrôler comment les repas sont cuisinés, de « faire le tri » des bonnes calories, de manger du poulet jusqu’à en croquer les os mdrr. En gros difficile de manger sain. Comme je ne veux pas ruiner tous les efforts que j’ai fournis jusque-là à cause de quelques plats d’atassi trop gras, j’ai décidé de ramener ma propre bouffe hehe. Je me suis ravitaillée en légumes et en viandes, j’ai acheté une lunch box et commencé à me faire plaisir avec des bons petits plats « sains » et surtout intelligents.

J’ai tout simplement compris que pour exploiter réellement mon potentiel, je devais développer ma capacité d’adaptation.

Garder en tête mes objectifs, revoir mes priorités et m’adapter à toutes les situations qui s’imposent à moi. Afin d’atteindre mes différents objectifs en plus de mon fit goal, je dois établir un plan, une stratégie qui me permet de répartir mes tâches, travailler de façon rationnelle, optimiser mon temps et mon énergie pour obtenir un rendu productif (et pour que je ne devienne pas folle mdrr).

J’ai réalisé à quel point chaque heure, chaque minute de ma journée était précieuse. « If you want it, go get it ». Il s’agit tout simplement d’un nouveau tournant dans mon parcours, qu’il me faut prendre avec sourire et détermination. Les plus grandes réalisations dans une vie commencent très souvent par un challenge, alors je serai contente de continuer à partager avec vous ma petite évolution et surtout de suivre les vôtres. PS : les programmes d’entraînement seront bientôt accessibles à tous et dans un nouveau format.

Voilà voilà, je vais m’arrêter ici parce que ce billet devient un peu long. On se retrouve demain sur Instagram.

Jusque-là portez-vous bien et… sortez de votre zone de confort ! Sayonara !

Demming Chen.

 

Vote 3

4 Comments

  1. Moumouni SALIFOU

    Du courage pour ce nouveau challenge. Aussi merci pour le partage, très motivant et inspirant.
    Difficile mais pas impossible. Alors
    NEVER GIVE UP… Let’s go

    Reply

Laisser un commentaire