Silas Adekunle, le dresseur de Mekamon qui a dompté Apple

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

D’origine nigériane et officiant au Royaume-Uni, Silas Adekunle agé de 26 ans fait aujourd’hui partie de la dernière liste de Forbes des moins de 30 ans pour les technologies européennes. Et ça, il le doit à sa spectaculaire invention : Le Mekamon qui a su séduire la grande marque Apple, des millions de personnes de part le monde, puis enfin moi tout court.

Qu’est-ce donc que ce Mekamon ?

Mekamon est le premier robot de jeu au monde. Si vous aviez toujours rêvé avoir un Pokemon, alors vous serez séduit. Mais d’abord, faisons un tour dans la machine à remonter le temps. C’est parti.

Quinze années plus tôt

Lieu : La Grande-Bretagne.

Silas Adekunle, jeune matheux alors âgé de 11ans, déménage du Nigéria son pays natal pour la Grande-Bretagne. Grand bien lui fit. En ce temps-là, il avait déjà la fièvre de la science. Un peu plus jeune, il a accidentellement causé une panne de courant dans l’immeuble où il habitait avec sa famille en branchant sa batterie à des fils de recharge directement dans une prise de courant.

Une fois installé en Grande-Bretagne, Silas récidive. Il recommence à bricoler, devient amateur de robotique. C’est sur Youtube qu’il apprend à coder et à concevoir des petits robots. Une fois à l’université, c’est tout naturellement qu’il s’intéressa à la programmation en C ++ pour débloquer une multitude de nouvelles possibilités.

Pendant 4 ans, il a dirigé le programme « Robotique dans les écoles » du Prince’s Trust à Bristol en partenariat avec l’UWE (University Of the West of England) où il étudie. C’est ainsi que naissent les premiers prototypes de ce qui allait devenir le Mekamon.

Silas Adekunle, Mekamon, Irawo

Bienvenue Reach Robotics

2013. Le Mekamon est toujours en expérimentation. Mais Silas Adekunle est sur le point de faire une rencontre qui va accélérer les choses.

Il rencontre Christopher Beck, doctorant expert en robotique, à qui il demande de l’aide pour transformer le Mekamon en un produit beaucoup plus « marketable ». Il eut des vents et des marrées. Mais Silas les affronta tous, avec à ses côtés désormais Beck.

Tous deux, ils fondent Reach Robotics dont le siège social est à Bristol au Royaume-Uni. En ce temps là, se rappelle Beck, l’avenir était lourdement incertain.

Tout le monde nous a dit que c’était trop compliqué et trop cher. Que personne ne l’achèterait. Les fabricants de jouets qui étaient coincés dans leurs manières disaient : Vous devez faire en sorte que ce soit aussi bon marché que possible. Sinon, les gens vont jouer avec lui pendant cinq minutes, puis le casser. 

Rien n’y fit. Adekunle et Beck pensaient fermement qu’il existait un marché pour un produit plus complexe comme le Mekamon qui était un robot à 12 moteurs là où la plupart des jouets motorisés n’en comptaient pas plus de cinq. Pire encore, il n’y avait pas de croisement entre les jouets robotisés et les produits haut de gamme qui coûtent des milliers et sont destinés aux amateurs. Personne, ajoute Beck, n’avait osé être aussi audacieux. «Il y avait quelques robots à pattes, mais ils se débattent et ne marchent pas», explique Beck. « Ou ils marchent d’une manière que vous ne pouvez pas animer. Mais nous animons le Mekamon.  »

Silas Adekunle, Mekamon, Reach Robotics, Irawo

Tu dresses un Mekamon, et c’est Apple qui est dompté

Mars 2017. C’est à l’hôtel Four Seasons de San Francisco que les dés sont jetés. Silas Adekunle, entrepreneur encore inconnu à cet instant, armé d’une grande valise, rencontre Ron Okamoto, le responsable des relations avec les développeurs d’Apple.

À un moment de la discussion, c’est avec un grand sourire que Silas Adekunle révéla le contenu de sa valise. Le trésor était prêt. La valise avait été remplie de robots colorés qui ressemblaient au tout premier abord à des jouets. Silas en sortit un qu’il posa sur le sol. Un petit signe et un souffle de vie anima le Mekamon. La bête robotisée déplia ses quatre pattes, courut sur le tapis de la pièce comme une araignée avant de s’incliner, en exécutant un frisson de mort dramatique.

Mais ce n’était pas encore le coup de grâce. Silas n’avait pas encore dit son dernier mot. Il sortit son smartphone et le pointa sur le Mekamon, faisant face à un adversaire animé sur lequel il pouvait enfin tirer des lasers. Ce fut le coup de foudre pour Okamoto.

Non seulement la dynamique de mouvement du robot frôlait insolemment la réalité mais ce dernier êtait déjà capable de feindre des émotions en plus d’une capacité à chevaucher à la fois le monde réel et le monde virtuel via une application mobile (disponible pour IOS et Android). Cette application immerge le Mekamon dans un espace virtuel de bataille et d’exploration très vite addictif. Une véritable avancée dans le domaine de la réalité augmenté. Voici venue l’ère des combats de robot. A cet effet, Silas Adekunle ajoute ceci :

 Quand je suis entré dans la robotique, j’ai vraiment aimé le mouvement. Les gens sont habitués à des robots maladroits et quand vous donnez l’impression d’être réalistes, soit ils adorent soit ils sont paniqués. 

D’où sa persistance à augmenter la subtilité des mouvements des Mekamons.

Silas Adekunle, Mekamon, Irawo

La conversation entre Silas et Okamoto était prévue pour durer 15 minutes. Mais ils ont passé plus d’une heure à discuter. À la fin, Okamoto dit à Silas les mots que le jeune entrepreneur à la tête d’une équipe de neuf employés rêvait d’entendre : «Vous devez venir passer du temps avec nous à Cupertino ( qui abrite le siège social d’Apple, à la Silicon Valley) ».

Ces quelques mots ont conduit à un contrat de distribution exclusif signé en novembre 2017 avec Apple, qui est toujours à l’affût de la dernière innovation. Le Mekamon, qualifié comme un « robot de bataille » a été estimé à 300$, à peu près 160 200 F CFA. Ce qui est de loin inférieur au prix d’un Iphone X, au prix du chien robot Aibo de Sony dont la dernière version est évaluée à 2376 $ ou 985 584 F CFA. Le prix du Mekamon est donc hautement compétitif sur le marché des technologies en plus d’avoir un avantage hautement concurrentiel dans sa technologie de base. Le Mekamon est déjà en vente dans tous les magasins de la firme mondiale de la Pomme, aux Etats-Unis et bien-sûr en Grande-Bretagne.

Mekamon, Mekamon, cesseras-tu de nous surprendre ?

Au cours de l’année 2018, les Mekamons subiront encore plus de modifications pour devenir sensibles au toucher. Ce qui pourrait donner lieu à des instants de vie : leurs propriétaires pourront leur frotter la tête et être surpris de voir leurs Mekamons montrer des mouvements «heureux» tels que des remuements d’un côté à l’autre, propres aux chiens. Christopher Beck, co-fondateur de Reach Robotics, explique qu’une grande partie du produit final du Mekamon est autant sensorielle qu’émotionnelle.

Reach Robotics grâce à Silas Adekunle et à Beck a déjà effectué une levée de fonds de 10 millions de dollars et projette en faire plus très prochainement. Ils projettent aussi de conclure des accords de licence avec des sociétés de divertissement en Asie, dont le marché énorme ne peut être qu’une chance pour Reach Robotics.

Mekamon, Irawo

Si tu as kiffé l’histoire de Silas et des Mekamon, c’est le moment de faire kiffer quelqu’un d’autre en partageant cet article ??

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Une réponse

Laisser un commentaire

.