6 Manières Efficaces de Financer Sa Start-Up

Il y a différents moyens d’aller chercher du financement. J’entends très souvent dire : « Je n’ai pas eu d’investisseurs, du coup je n’ai pas pu lancer ma boîte »

Dans le processus de création d’une startup ou d’une entreprise, trouver le moyen de financer son idée est une étape cruciale. Elle fait peur à plusieurs entrepreneurs et est même la base de l’échec de certains. Pourquoi certains entrepreneurs, même avec des business plans solides, échouent-ils à financer leur start-up ? Comment réussit on à réunir les fonds nécessaires pour faire vivre son entreprise ?

Ce sont les questions que nous avons posé à Ola Aminou, la golden girl qui veut être utile au monde. A 24 ans, elle a créé Optimiam, une startup qui lutte contre le gaspillage de la nourriture en offrant moins cher aux consommateurs les aliments dont la date de péremption est proche. Elle a réussi pendant trois ans à faire rouler son entreprise à travers plusieurs méthodes de financement. Selon elle, voici les meilleurs moyens de financer son idée.

1- Vendre un produit ou un service

Faire du chiffre d'Affaire pour se financer doit être la finalité de toute start-up Cliquer Pour Twitter

Faire du chiffre d’affaire pour se financer doit être la finalité de toute start-up. Il s’agit d’offrir le produit ou service en faible quantité et d’avoir des retours financiers issus de l’offre. L’entrepreneur peut ensuite faire rouler le retour financier en produisant de plus en plus, en s’équipant et en offrant continuellement le service. Chaque fois qu’il réinvestit son retour il accroît ses bénéfices jusqu’à obtenir le financement suffisant pour la croissance de son entreprise.

Cette formule peut nécessiter une petite mise de départ. Un des gros avantages est aussi que pendant qu’il fait rouler son argent sur plusieurs productions, l’entrepreneur a le temps de recueillir des avis sur son produit ou service et peut faire de la recherche et développement en parallèle. Il peut affiner son offre en fonction de l’expérience et des besoins de sa clientèle et ainsi donner une meilleure proposition de valeur. Il a aussi l’avantage d’être indépendant et de ne dépendre d’aucun investisseur.

Ola Aminou et l’équipe d’Optimiam offrent leurs services. (Crédit: Le Parisien)

2- Financer sur fonds propres ou financer par vente de produits annexes

Dans la mesure du possible, l’entrepreneur peut financer son entreprise à partir de ses économies puis accroître son financement au fur et à mesure. Une autre technique qui marche bien est de vendre un produit annexe prisé du public.

C’est la première technique qu’ont utilisé Brian Chesky et Joe Gebbia lors de création de Airbnb. Alors qu’ils cherchaient du financement pour lancer un site internet professionnel afin de proposer les services de leur startup en 2007, la campagne présidentielle battait son plein aux Etats Unis. Les deux jeunes entrepreneurs ont donc décidé de commercialiser en ligne ( avec livraison à domicile par un prestataire externe ) une marque de Céréales à l’effigie des deux candidats : Barack Obama et John McCain.

Flickr

Surfant sur la vague de popularité des deux hommes, les céréales Obama O’s et Cap’n McCain vendues à 40 dollars US l’unité ont permis aux jeunes fondateurs de récolter 40 000 dollars US pour se lancer. La commercialisation de ce produit annexe ne les a pas pour autant détourné de leur business de base.

3- Participer à des concours avec des subventions à la clé

On n’a pas besoin d’investisseurs au début pour faire marcher son entreprise. Nous, on a fait fonctionner Optimiam pendant un an sans levée de fonds. On a trouvé d’autres moyens d’avoir de l’argent. Il y a les concours et autres, on n’avait pas besoin d’aller voir les investisseurs. Ola Aminou

Les concours sont des occasions qui sont données aux entrepreneurs de présenter leur start-up et d’expliquer pourquoi on devrait investir en eux. Très souvent, des subventions sont offertes aux lauréats qui n’ont rien à rembourser par la suite. Ils peuvent même parfois bénéficier d’un accompagnement spécialisé dans la création de leur entreprise.

Au-delà de l’aspect financier, les concours permettent de jauger la valeur de l’entreprise et de détecter les failles grâce à des regards et appréciations externes.  C’est aussi l’occasion de se tisser un bon réseau. Au Bénin, il existe par exemple le Start-up Bluezone, le Concours d’Excellence du Programme de Promotion d’Entrepreneuriat chez les Jeunes (PPEJ), la Boss Académie et bien d’autres. Sur le plan continental, on peut parler du Tony Elumelu Entrepreneurship, du Concours Pitch  Hub Africa, le African Entrepreneurship Award, et bien d’autres encore.

L’équipe d’Optimiam lors du pitch Hack4France. (Crédit: L’Info Anti Gaspi)

4- Faire une campagne de crowdfunding ou financement participatif

Il existe des sites de financement participatif sur lesquelles des tierces personnes sont prêtes à financer les projets qui en ont de la valeur à leurs yeux. Le concept est simple. Les entrepreneurs se créent un compte sur les sites de financement participatifs puis y exposent leur projet. Ils évaluent la somme d’argent qui serait nécessaire pour le financer et ils en font l’objectif de campagne. Des donateurs peuvent donc contribuer au projet en échange d’une contrepartie qui peut être un service, un produit ou une reconnaissance.

Si l’objectif de la campagne est atteint ou dépassé, l’entrepreneur obtient le financement et le site de crowdfunding prélève un pourcentage qui est défini selon la plateforme. Si l’objectif n’est pas atteint, l’entrepreneur ne reçoit rien. C’est une forme de financement que plusieurs startups ont utilisé pour se développer. Les montres MVMT ont réalisé deux campagnes sur Indiegogo leur permettant de lever successivement 219 898 dollars US et 71 409 dollars US.

Optimiam a d’ailleurs réussi aussi sa campagne de financement participatif sur Kisskiss en levant 9371 euros sur un objectif de 6000 euros au départ. Ulule est aussi une plateforme de financement participatif très prisée. Les principaux avantages de ce type de financement est que l’entrepreneur n’a rien à rembourser. Il fait connaitre ses produits et il bénéficie d’une assistance de la part de l’équipe de la plateforme choisie.

D’après Partech, 77 start-up africaines ont levé 366,8 millions de dollars auprès d’investisseurs en 2016. La Tech Nigériane a attiré à elle-seule 109 millions de dollars, la même année

Tekxl

« Cinq pays francophones (Sénégal, Côte d’Ivoire, Rwanda, Tunisie, Maroc) ont attiré en 2016 plus de 10 % de l’investissement total, soit 37 millions de dollars contre seulement 2 % en 2015 (6 millions de dollars). Cela renforce notre conviction que cette partie de l’écosystème africain est appelée à produire elle aussi ses champions dans les années à venir » Cyril Collongeneral partner chez Partech Ventures 

Il existe aussi le crowdfunding for equity dont le concept est différent. Les contributeurs doivent investir un minimum fixé par la plateforme pour avoir du capital dans l’entreprise. La plateforme s’occupe ensuite en place un consortium rassemblant tous les participants afin que l’entreprise n’ait qu’un interlocuteur. Glowee, un système vivant de production de lumière biologique, a levé 800 000 euros par le crowdfunding for equity en 1 mois en 2016.

Les investisseurs, ce qui leur importe c’est la capacité des fondateurs à montrer qu’ils sont les personnes idéales pour défendre le projet. Cliquer Pour Twitter

5- Lever des fonds auprès des investisseurs

C’est l’un des moyens classiques pour obtenir du financement pour son entreprise. Il s’agit de présenter son projet à des prospects qui seraient prêts à investir. Il faut montrer la rentabilité du projet et amener le bailleur de fond à faire confiance à l’équipe qui le porte.

Dans l’interview qui a fait d’elle une Irawo, Ola Aminou disait « Les investisseurs (en seed money), ce qui leur importe plus que les chiffres, c’est la capacité des fondateurs à montrer qu’ils sont les personnes idéales pour défendre le projet. ».

Il faut inviter les investisseurs à prendre part à la construction d’une entreprise dont les valeurs leur sont chères. Cela passe par une bonne médiatisation du projet sur toutes les plateformes disponibles (médias, réseaux sociaux etc). Un bon entrepreneur doit savoir vendre son projet pour obtenir du financement.

On voyait une petite fierté de nos investisseurs quand on passait à la télé. Ils envoyaient les articles à leurs amis. Ils leur disaient “j’ai investi dans cette boîte”. Ça, ça compte pour eux. Le fait de leur dire “on va vivre le rêve ensemble, on va voyager ensemble “ compte plus que l’argent. Il faut les inclure dans le chemin. Ola Aminou

6- Faire un prêt bancaire

Le prêt bancaire est aussi une manière d’aller chercher du financement conséquent pour son entreprise. En général, il nécessite une élaboration complète du projet au moment de la demande. La qualité et la crédibilité du business plan entrent ainsi en jeu pour convaincre la banque de débloquer des fonds pour l’entreprise. Aussi faudrait-il que l’entrepreneur ait une crédibilité financière qui se définit par son statut social et la valeur de ses biens qu’il peut même parfois mettre en gage. Des taux d’intérêts sont ainsi fixés et l’argent doit être remboursée à la banque dans les délais définis. Le risque n’est pas partagé et l’entrepreneur a plus de pression et peut même vivre un stress financier si tout ne se passe pas comme prévu.

Ola Aminou nous a ainsi livré ses astuces en termes de financement d’entreprise. Afin de mieux la connaitre et d’être édifié par son parcours et sa philosophie, clique ici.


PS : Partage cet article pour aider tes amis CEO à financer leur startup. 🤙🏾

 

Laissez l'Afrique vous inspirer encore plus

Abonnez-vous pour lire nos histoires inspirantes 🌟

Aldrich Achani
Suivez-le

Aldrich Achani

Aldrich Achani est fondateur de la marque West’AF. Son rôle dans Irawo est avoir un impact positif dans la vie de tous ceux qui le lisent.
Aldrich Achani
Suivez-le

3 Comments

Laisser un commentaire