Lydol, la Slameuse la plus prometteuse du Cameroun

« Si tu ne peux pas comprendre le sens des mots, ressens l’émotion qu’ils portent ».

Lydol, de son vrai nom Nwafo Dolly Sorel, naît le 15 septembre 1994 au Cameroun dans la ville de Yaoundé. Originaire de la région de l’ouest du Cameroun, elle fait ses études secondaires au Collège de la Retraite où elle s’initie à la scène. Titulaire d’un Master 2 en sciences économiques option Ingénierie économique et financière obtenu à l’Université de Yaoundé 2, elle est surtout connue pour sa carrière dans le slam.

En 2009, au Cameroun, elle prend part à une compétition nationale dénommée Challenge Vacances. Elle ira jusqu’en demi-finale dans la catégorie karaoké avant de la remporter l’année suivante (2010) dans la catégorie slam. À partir de ce moment, elle multiplie les performances sur les plateaux et dans les salles de spectacle .

Sa passion pour l’écriture remonte à l’enfance. Comme beaucoup de petites filles, elle tenait un journal intime. Elle avait pour habitude d’y raconter ses journées et de faire de petits mots qu’elle n’aurait jamais eu le courage d’envoyer ou de montrer.

Lydol

Lydol, pour l’amour de la poésie

Elle se découvre une réelle passion pour la poésie en classe de première, quand elle découvre « Balafon » de Engelbert Mveng. Pour elle c’est un recueil riche qui décrit magnifiquement bien, même les choses les plus simples. Jusqu’à cette période, elle écrivait juste pour le plaisir d’écrire. Puis elle s’est mise à écrire avec le souci du beau, sans toutefois avoir le courage de partager ses textes.

Elle est tombée amoureuse du slam sans trop savoir comment. Comme elle le dit elle même, c’est le slam qui l’a choisie.

Lydol

Quand elle a pris conscience du fait qu’il s’agissait d’un art à part entière, sa vision  a changé. Elle a commencer à écrire des textes sur ce qu’elle voit, ce qu’elle vit, ce qu’elle entend pour faire passer des émotions et des messages. Son environnement et son quotidien impactent beaucoup le contenu de ses textes, elle y puise son inspiration.

Lydol, pour l’amour de la scène

En 2016, le grand public la découvre dans l’émission l’Afrique a un incroyable talent. Ce fût la révélation.  Elle émerveille le jury composé d’Angelique Kidjo, Claudia Tagbo et Fally Ipupa.

Lydol à l'Afrique a un Incroyable Talent

Elle arrive sur scène, pieds nus, un chapeau à la main. Dans celui-ci, une trentaine de petits papiers, des mots piochés par le jury à partir desquels elle s’est mise à improviser. Rien de spectaculaire, pas d’acrobaties, seulement quelques paroles de solitude et d’amour qu’elle déclamait avec passion. La poétesse réussit en quelques minutes à subjuguer le jury et le public. Émotion, fougue, authenticité, la prestation de la jeune camerounaise restera dans les mémoires. 

Lydol

Si beaucoup l’ont connue à travers cette compétition, ce n’était pas sa première scène. Depuis quelques années déjà, elle a accumulé de nombreux prix sur le plan national. Après avoir représenté le Cameroun lors de divers festivals et concours en Afrique (The Spoken Word Project – Angola, Poetry Africa Festival – Afrique du Sud, Scènes expérimentales – Sénégal, Ndjam s’enflamme en Slam – Tchad) et en Europe (Printemps des poètes-France), Lydol fait une montée en puissance. 

Du culot et de la fragilité, une sensibilité à fleur de peau, une voix posée, une vraie présence scénique, la formule magique de Lydol Cliquez pour tweeter

Le Slam comme une thérapie

Son premier album sorti en mars 2018, relate principalement les changements opérés dans sa vie suite à sa rencontre avec les mots.  Le nom de cet album n’a pas été choisi au hasard. Cet album démontre le chemin parcouru.

Lydol Slamthérapie

En effet elle a fait du chemin depuis les premiers textes qu’elle écrivait dans son journal intime. Ecrire est devenu pour elle une manière de se faire du bien. En déclamant ses textes sur scène, elle partage son vécu avec le public mais surtout elle a le sentiment d’aider les autres. Elle aborde des thèmes de tous les jours tels que le partage, l’amour et la fraternité.

Cliquez pour tweeter

Ecrire lui permet de visualiser ses peurs, ses rêves, ses émotions mais aussi d’évacuer ses frustrations. Quand elle écrit, c’est un vrai dialogue avec elle même, avec la femme mais surtout l’artiste qu’elle est en train de devenir. Son écriture démontre qu’elle a acquis une certaine maturité durant son parcours et assume dorénavant son nouveau rôle. Celui d’apporter une nouvelle coloration dans l’univers musical camerounais avec le slam. Celui de devenir l’ambassadrice de cet art qui, pour certains est nouveau et pourrait changer la donne dans quelques années.  

Le rêve de Lydol, Slam, Slam et Slam

Partager son art et rendre le slam plus accessible. Elle œuvre pour que le slam soit popularisé au Cameroun et en Afrique en général. Elle anime des ateliers sur les techniques d’écriture et de déclamation dans divers pays africains.

Avant « L’Afrique a un incroyable talent », elle tenait déjà des ateliers de slam. Depuis 2015, en partenariat avec le Goethe-Institut Kamerun, Lydol est organisatrice de Science Slam Cameroun et modératrice de ses ateliers. Organisatrice de l’atelier d’écriture trimestriel « Style haut à stylo » et présidente du jury de la compétition interscolaire de slam « Slam school party », elle œuvre pour la mise en avant et l’appropriation du slam par les jeunes camerounais et d’Afrique.

Lydol rêve qu'un jour, le slam dépasse le cadre intimiste des salles d’ateliers et des scènes Cliquez pour tweeter

 

Lydol dans le milieu de la musique, un milieu avec des codes

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme en toute chose, elle rencontre des difficultés sur son chemin.  Il est clair qu’avec son look afro, très féminin et la plume engagée, elle dénote parfois au sein du paysage musical urbain qui se veut de plus en plus pop et masculin. Ce genre musical étant récent il faut encore se tailler une place. Car, si faire du slam est une chose, être une femme et le faire en est une autre.

Le plus dur c'est d'abord de se faire accepter par les autres artistes et par le public. Lydol Cliquez pour tweeter

Il faut toujours prouver peu importe le niveau, qu’on n’est pas là pour jouer et ce sans compter les clichés, les préjugés et les étiquettes qu’on nous colle. Elle reste fidèle à elle-même et cela lui marche bien.

Un agenda bien rempli

Avec ou sans musique, en français, anglais, camfranglais ou encore langue Bamiléké et en allemand, Lydol ne cesse de surprendre. Avec une année 2018 déjà chargée en projets, les années à venir s’annoncent prometteuses. Elle multiplie les scènes, signe de nouvelles collaborations… Elle vit pleinement sa passion. 

(Re)découvrez « D’un autre », l’un des singles de son album « Slamthérapie », 


Prenez part à cette thérapie collective, où tous les mots sont permis, et partagez autour de vous l’histoire de Lydol !

 

Vote 6

3 Comments

  1. Corneille KOBA

    En plein dedans! Lydol mon idole! Tous les jours je l’écoute..slamthérapie..d’un autre..vers..mal être ma lettre..et surtout LIGHT!!! Je l’imagine un jours en duo avec Harmonie Byll Catarya la slameuse béninoise. Bravo IRAWO!

    Reply
  2. Corneille KOBA

    Lydol mon idole! Pas un jours sans l’avoir écoutée…slamthérapie..d’un autre..vers..mal être ma lettre.et surtout Light..je l’imagine un jour en duo avec Harmonie Byll Catarya la slameuse du Bénin. Elles s’imposent en « maitre des lettres » sans les avoir étudiées. Merci team IRAWO.

    Reply

Laisser un commentaire