Nabile Quenum, chasseur de styles et d’âmes

Il avait toujours un chapeau sur la tête…

Violet, rouge ou noir, peu importe. Tant qu’il s’y sentait bien. Nabile Quenum est né un 6 Novembre, quelque part à Créteil mais son cœur vogue sur Ahémé. Il a grandi entre la Côte d’Ivoire et le Bénin qu’il quitte à 17 ans pour poursuivre ses études en comptabilité. Quand il était plus jeune, Nabile rêvait de devenir soit écrivain, soit footballer ou encore mathématicien. Mais c’est le 8ème art qui l’emporta.

L’histoire commence en 2011.

Après une rupture amoureuse, Nabile emprunta à un ami sa nouvelle caméra. Il voulut sortir un peu afin de noyer son chagrin derrière l’objectif. C’est ainsi qu’il tomba amoureux une deuxième fois de la photographie. Ou plutôt des gens qu’il capturait dans les rues. Une passion était née, une obsession aussi.

Un jour, alors qu’il arpentait des murs et rues parisiens à s’adonner à sa nouvelle passion, Nabile fut attiré par des bruits inhabituels. Ils provenaient d’un défilé de mode ou plus précisément de l’effervescence après l’un des mythiques fashion shows de Rick Owens, ce célèbre createur américain pilier du normcore. Poussé par la curiosité, Nabile tomba sur son destin : la photographie de mode de rue. C’est une branche de la photographie de mode qui consiste à capturer des looks dans la rue, à l’entrée des fashion weeks, des soirées ou de tout évènement qui synthétise la street fashion, ce confluent de toutes les inspirations.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il a perdu sa veste

Après cela, il décide de créer son blog photo pour « identifier les personnalités et les changements dans la mode« . Son rêve était de documenter la société contemporaine à travers le style des gens dans la rue. Mais avant, il lui faut trouver un nom à ce blog. Une nuit, alors qu’il était de sortie en boîte à Paris, Nabile perdit sa veste et trouva ainsi le nom de son blog. J’ai Perdu Ma Veste. Aussi simple que cela.

Nous sommes en 2012. Ainsi commence une épopée faite de couleurs, de lumières et de créativité. Nabile allait de Fashions Week en Fashions Week et partageait ses photos sur internet. En 2013, son blog devint super populaire et son compte Instagram aussi : plus de 225 000 followers au compteur. Désormais, qu’importe les intempéries, Nabile ne lâchait plus son appareil photo.

Nabile Quenum x Pimkie

Nabile Quenum, c’est ce chasseur de styles lui-même sapé-comme-jamais qui fige l’instant glamour des personnalités, fashionistas, influenceurs et autres acteurs de la mode. Il tombe amoureux d’un outfit, d’une allure ou d’un être et il le photographie. Cet amour pour le sujet devant son objectif se remarque dans chacun de ses clichés, qu’il travaille méticuleusement la nuit, faisant de chaque détail une ode à la beauté de la photo entière.

« Je tombe amoureux des mouvements, des gestes, des détails ; alors j’essaie de les attraper de la meilleure façon pour montrer aux autres pourquoi j’ai aimé ces détails avec précision. »

Nabile Quenum Ⓒ AFP

« Le style ce n’est pas juste les vetêments que tu portes. C’est comment tu bouges, comment tu parles. »

« Ça va sonner cliché mais ma mère m’a beaucoup inspiré par la manière dont elle courait de gauche à droite pour nous donner tout ce dont nous avons besoin »

L’objectif principal de Nabile, c’est d’immortaliser la lumière. Celle des êtres. Sa photographie est inspirée par cette énergie dans les gens, qui les rend si vivants et si différents. C’est ce petit mouvement, ce bref sourire, cette spontanéité. L’attitude et la personnalité. Puisque chaque photo de Nabile était un tout.

Le style ce n'est pas juste les vetêments que tu portes. C'est comment tu bouges, comment tu parles. Nabile Quenum Cliquez pour tweeter

@yukamannami in Tokyo.

A post shared by Nabile Quenum (@jaiperdumaveste) on

Ⓒ Nabile Quenum

Nabile photographie les gens dont le style lui parle le plus. Mais à chaque déclenchement de flash, c’est sa personnalité qui vous marque à tout jamais. A son contact, les gens s’ouvrent et redeviennent vrais, le temps d’un clic. Décrit comme « l’expert » de la photographie street-style, Nabile Quenum fait partie des pionniers de ce métier. Il a été classé 3ème parmi les meilleurs photographes street-style par le célèbre magazine de mode GQ.

« Il faut persévérer et investir de l’argent pour pouvoir se déplacer dans les pays où ont lieu les différentes Fashion Weeks. J’ai attendu deux ans avant que les gens s’intéressent à mon travail mais je n’ai jamais baissé les bras. « 

Nabile a travaillé avec les plus grandes marques et magazines de la complexe industrie de la mode internationale : Vogue, Adidas, KTZ, Elle, Louis Vuitton, The Cut. Cependant, sa plus grande fierté reste sa collaboration avec le New York Magazine dont il est contributeur depuis 2014. Selon Nabile, pour réussir dans la photographie street-style, « il faut être super attentif à tout ce qui se passe autour et analyser rapidement les situations pour obtenir les meilleurs angles et arrières plans ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photographe de mode devenu designer

Veste en denim, chapeau et jean cropped. Nabile Quenum avait du style. Un style qui s’est évidemment affiné au fil des défilés et des flashs. Son univers minimaliste et street qui se japonise bien des fois a été l’objet d’une mythique collaboration avec la marque française de prêt-à-porter féminin Pimkie. C’était la première fois que Pimkie collaborait avec un homme. Et qui de mieux qu’un chasseur de styles qui a immortalisé tant de looks uniques ? La collection faite de 25 pièces exceptionnelles sort en 2015. Nabile shoote lui-même cette collection, dans les rues de Copenhague. Normal.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nabile Quenum et les rites disparus

Il paraît que là ou se trouve le cœur se trouve aussi le trésor. Quelque peu lassé par le public des fashions week qui perdait de plus en plus sa spontanéité, Nabile Quenum revint au Bénin. Il aimait l’Afrique et tout ce qu’elle avait d’essentiel. Et puis, son pays lui manquait.

« ll y a tellement de choses que je ne connais pas de l’endroit où j’ai grandi. Je suis allé au nord du Bénin prendre des photos de quelques personnes d’une civilisation en voie de disparition. »

En 2017, rentré au pays, Nabile recueillit avec son appareil photo les instants, les rites ancestraux, les us et cérémonies qui racontent la vie au Nord du Bénin. Son projet était de documenter des cultures qui disparaissaient à travers un reportage-photo dont il tirerait une grande exposition et un livre. Après une dizaine d’années à photographier la mode, le chasseur de styles voulait revenir à ses origines pour capturer des âmes. Un retour aux sources qui ne cachait cependant pas, son désir ardent de faire connaître le Bénin autrement que par des « clichés ».

Mamadou in Cotonou. 📷@NabileQuenum

A post shared by Nabile Quenum (@jaiperdumaveste) on

Nabile Quenum était une étoile. Son histoire est celle de ceux qui trouvent toujours dans leur vie, une raison d’aller de l’avant. Son talent indéniable pour la photographie et cette originalité qui le définissait en ont fait une inspiration pour le monde entier. Parce que chaque jeune Africain, à travers son histoire, peut y puiser une force incroyable. Parce que sa créativité et tout ce qu’il a accompli en font un exemple pour tous. Et parce qu’au final, ils seront son plus beau témoignage, nous partageons avec vous son histoire.

Partagez-la à votre tour à tous les jeunes Africains autour du monde.

Ⓒ Julien Boudet
Vote 1

4 Comments

  1. colin

    Tu as apporté tellement de chose à mon fils pendant toutes ces années, je ne pourrai jamais oublier le jour ou je t’ai rencontré en bas de l’immeuble. Repose en paix, sache que mon fils sent toujours autant « le brulé ». Tu étais un vrai artiste ….et surtout un Mec bien, mais là tu es parti trop en avance….pour une fois, fallait pas avoir peur d’avoir du retard…

    Reply

Laisser un commentaire