Comment les Réseaux Sociaux ont décidé de « Save Dakar »

Il n’y a rien de mieux, pour faire changer de comportement à une personne, que de le lui faire remarquer fréquemment. Il y a beaucoup de choses anormales que la société adopte par habitude. Il suffit de commencer par les souligner pour que tout le monde, malgré les résistances intérieures, se rende soudainement compte de l’évidence. C’est ce que fait Mandione Laye Kébé avec son projet Save Dakar.

Save Dakar est une initiative citoyenne

…dont le but est de montrer aux Dakarois les pratiques environnementales qui entretiennent l’insalubrité dans leur ville. Elle a été lancée par le photographe Mandione Laye Kébé. Selon ses mots,

« La principale cause de l’insalubrité au Sénégal est le manque de civisme. Nous jetons tout par terre et partout. Il y a du boulot à faire sur nous même »  

 

Mandione Laye Kébé: Initiateur de Save Dakar (Crédit: Facebook Save Dakar)

Il a donc décidé d’agir. Sensibiliser ses compatriotes sur la préservation de l’environnement est devenu un objectif, une mission. Mais comment faire pour toucher les millions de Sénégalais concernés et les rendre réceptifs aux questions de l’environnement? Il n’avait pas le budget nécessaire pour financer une campagne de sensibilisation à la radio ou sur les chaines de télé. Il misa donc sur les réseaux sociaux. Mais oui, ce n’est pas cher et ça connecte des millions de personnes au delà même des frontières du Sénégal.

En juin 2017, il se lança donc avec comme arme son smartphone. Il capturait des scènes d’incivisme dans la ville, des images de tas d’ordures ci et là, les trottoirs occupés par des commerçants et empêchant les  piétons de passer. Repérer les bobos environnementaux à Dakar faisait partie de son quotidien à telle enseigne que rien ne lui échappait. Save Dakar est né. Il a créé des pages sur les réseaux sociaux pour exprimer son voeu de faire de Dakar une ville propre par et pour ses citoyens. Et ça finit par marcher.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les citoyens résistent mais rejoignent finalement le mouvement

Les débuts de Save Dakar n’ont pas été faciles.  Plusieurs personnes attaquaient le photographe sur les réseaux sociaux, l’accusant de montrer à la face du monde le mauvais coté de la ville. Et pourtant selon lui, il ne faisait que faire son travail de citoyen car tant qu’il reste à faire, rien n’est fait. Sur le point d’arrêter, c’est par le précieux conseil de son ami Boubacar Seck qu’il continue sa lutte.  « Mandione, continue le combat. Les gens au début sont dubitatifs, mais après, ça adhère »

@mandione_laye , continue le combat. Les gens au début sont dubitatifs, mais après, ça adhère. #SaveDakar Cliquez pour tweeter

Boubacar avait raison. De nombreuses personnes se sont rendus à l’évidence qu’au lieu de cacher les problèmes, il fallait plutôt chercher à les résoudre. L’initiative a commencé par recevoir du soutien sur les réseaux sociaux.

Les partages sur facebook et les retweets s multipliaient. Certaines personnes ont même envoyé à leur tour des photos à Mandione afin qu’il les publie. Save Dakar est devenu un sujet dont tout le monde parle. Le projet se fait remarquer sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire de ses 9741 fans sur Facebook et 7964 abonnés sur Twitter. Une application est même en cours de conception afin de permettre aux gens de pouvoir dénoncer à leur tour les comportements qu’ils trouvent inadmissibles.

Depuis le 25 Mars 2018, Save Dakar a lancé un nouveau programme: le WAXTAAN. Comme l’indique le mot wolof qui veut dire causerie, palabre, le WAXTAAN est une émission quinzomadaire  qui se tient sous forme de live Facebook (Save Dakar). C’est un lieu de discussion, de réflexion et de propositions autour d’un thème rendu publique à l’avance.

Il semble que certains d’entre nous ne suivent pas les instructions ou n’appliquent pas la loi écrite. #SAVEDAKAR#Ouakam#Dakar#Senegalpic.twitter.com/JdFLf9Jsto

Dakarois, visiteurs : que faudrait-il faire prioritairement pour faire de Dakar une ville où il fait bon vivre . Qu’est-ce qui vous choque le plus ? Suite

Les sensibilisations ont un impact …sur la vision des gens et c’est le premier pas vers le changement. « Dire que grâce à Save Dakar, le comportement des Sénégalais commence à changer, ça va être compliqué« . Par contre les mentalités changent et plusieurs initiatives citoyennes naissent autour du mouvement. Des campagnes de salubrité sont organisées ci et là par des citoyens qui prennent leur responsabilités.

Plusieurs personnes de bonne volonté ont tendu la main à Mandione afin de lui permettre de faire passer la campagne à la télévision et à la radio dans le but de toucher une plus large audience.  Les autorités Sénégalaises sont au courant de Save Dakar. Le mouvement est d’ailleurs soutenu par le directeur de l’ONAS (Office Nationale de l’Assainissement du Sénégal) M. Lansana Gagny Sacko. Même si elle n’est pas forcément en rapport avec Save Dakar, une vaste opération d’enlèvement des objets encombrant les voies publique a été menée par M. Alioune Ndoye, le maire de Dakar Plateau.  Il s’agit là d’une action à encourager auprès des autres élus locaux de la ville d’après Mandione. Avec son équipe de cinq personnes, le projet dispose d’un site web savedakar.org  afin de permettre aux gens d’en apprendre beaucoup plus sur les activités et se joindre à la cause.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Votre initiative nous inspire »

« La plus belle récompense, c’est quand je me lève le matin, j’ouvre mon email et je vois des messages  d’autres jeunes du continent ou du Sénégal me dire votre initiative nous inspire. Nous voulons faire la même  chose dans notre pays ou région du Sénégal. »

Là est bien la preuve que Save Dakar a été adopté sur les réseaux sociaux. Plusieurs jeunes de plusieurs pays veulent le reproduire chez eux. Il y a déja Save Ndjaména, Ouaga, et Saint Louis au Sénégal. Pour Mandione et son équipe il faut donc passer à la vitesse supérieure pour montrer le chemin aux autres jeunes qui leur emboîtent le pas. La prochaine étape pour eux est de faire de la sensibilisation via les panneaux publicitaires de la ville. Ce ne sera pas facile mais ils travaillent avec une agence de communication pour y arriver. Pour l’instant le financement vient des membres de l’équipe. Néanmoins, ils sont ouverts à tout type de soutien, surtout venant des autorités sénégalaises. Save Dakar est un projet qui touche à un sujet sensible que la plupart des gens ont décidé d’ignorer dans les villes africaines. Il est temps de faire prendre conscience et de mettre les citoyens face à leurs responsabilités.

Embellissons nos villes ! Partage cet article pour sensibiliser un ami

Vote 0
Suivez-le

Aldrich Achani

Aldrich Achani est fondateur de la marque West’AF. Son rôle dans Irawo est avoir un impact positif dans la vie de tous ceux qui le lisent.
Suivez-le

One Comment

Laisser un commentaire