Shady Deeds, une photo pour l’amour d’Addis-Abeba

L’histoire de Shady Deeds est la cinquième d’une série de 10, destinée à mettre en lumière les talents du continent Africain, dans le cadre de la campagne #Facebook4AfricaYouth de Facebook. Découvrir les 4 premiers ici.


Il est né et il a grandi dans cette ville-fleur, qu’on appelle Addis-Abeba. Shady Deeds est le fondateur de Bored Cellphone Addis-Ababa, un laboratoire pour les jeunes talents photographes.

Amoureux de l’art et de la nature, Fikreselassie Tsegaye plus connu sous le nom de Shady Deeds, partage ses journées entre l’architecture, son métier et la photographie, sa passion. Parti de l’idée que l’art peut faire la différence, ce jeune Ethiopien a lancé en 2018, une plate-forme pour amateurs et aspirants photographes, pour construire leur talent et exprimer leur amour pour leur ville.

Beaucoup de gens n’ont pas l’occasion de vivre leur passion ni de découvrir leur talent pour la photographie juste parce qu’ils n’essaient pas. Que ce soit à cause du temps, du matériel ou du manque de studio, les raisons sont diverses et peuvent parfois prendre l’allure de fausses excuses.

Qu’en serait-il alors si le temps, le matériel et le studio n’avaient plus leur importance ? Que se passe t-il quand une ville entière devient le studio, quand le téléphone portable de tous les jours devient le matos, et que l’ennui se transforme en moment parfait pour un cliché ? Eh bien, cela donne : Bored Cellphone Addis-Ababa.

Bored Cellphone Addis-Ababa : Juste une photo de toi, Addis

L’objectif du projet Bored Cellphone Addis-Ababa ou encore BCAA est de construire une communauté consciente de l’art. Une communauté qui participe, expérimente, et encourage de nouvelles perspectives et de nouveaux talents qui n’ont normalement pas la chance ni la possibilité d’exprimer et d’expérimenter leur passion.

Shady Deeds a grandi en faisant ce qu’il aime autant que possible et en aidant les gens autour de lui à poursuivre leurs rêves. Sa passion pour l’art, l’architecture et Addis-Abeba ont fini par se mêler pour donner naissance à Bored Cellphone Addis-Ababa, en Août 2018. En moins d’un an, le groupe Facebook créé pour servir comme plateforme, comptait plus de 23 000 membres et des milliers de photos postées par des Ethiopiens de tous âges et de tous horizons, unis par leur amour pour la photo et pour Addis-Abeba.

Pour Shady Deeds, Bored Cellphone Addis-Ababa est aussi un moyen de créer une gigantesque archive photo pour documenter la vie dans la capitale politique de l’Afrique. Avec ses 5 millions d’habitants, Addis-Abeba est une ville sans moto, qui abrite le poumon de l’Union Africaine et s’étend sur 52 000 hectares. Appelée Finfinnee, source naturelle, par les populations locales, cette ville est un haut lieu de la culture, où les contrastes se tutoient pour le meilleur comme pour le pire. Sa culture, sa cuisine et ses traditions encore très vivides en font une destination ensoleillée de choix.

Quand vous vous ennuyez, vous pouvez utiliser votre téléphone portable et votre studio peut devenir aussi sauvage et aussi grand que la ville. Alors Pourquoi pas ? Shady Deeds Cliquez pour tweeter

Aussi, la découvrir sous les mille et une perspectives de ses habitants est une expérience immersive unique. C’est là l’impact le plus saisissant de Bored Cellphone Addis-Ababa, car il permet de découvrir à travers des dizaines de milliers de caméras lambdas, la respiration d’une ville phare de l’Afrique. Avec Bored Cellphone Addis-Ababa, les Ethiopiens prennent en main la « narration » d’Addis, sans trop de mots mais avec couleurs et émotions.

« De nos jours, les gens possèdent des téléphones intelligents avec un appareil photo suffisamment bon. L’idée est de penser en dehors du studio, en dehors de la boîte; en prenant toute la ville comme un studio. C’est la raison pour laquelle Bored Cellphone Addis-Ababa a été créé; et donc quand vous vous ennuyez dans la ville, vous prenez une photo.  » Shady Deeds

Pour lancer son projet, Shady Deeds a fait le choix de tourner le dos à tout ce qui était de loin ou de près trop professionnel, afin de montrer à tous, que chacun pouvait raconter la ville à sa manière. Sans calendrier pré-fixé, occupé ou ennuyé, les membres de BCAA capturent les instants de vie dans leur capitale. Le résultat en est impressionnant. C’est la beauté d’Addis qui est racontée par ses fils et filles, sous différents angles, dans différents lieux et de toutes les manières possibles.

Le succès de Bored Cellphone Addis-Ababa, est tel que s’est tenu du 23 au 26 Juillet 2019, à l’Institut Culturel Italien de la capitale, une exposition photo avec ces centaines d’artistes improvisés. De nombreux Ethiopiens adhèrent au groupe et partagent leurs photos. Certains ont même accepté de participer à des ateliers pour améliorer leurs techniques de prises et se professionnaliser.

Shady Deeds croit qu’avec plus de pratique, ces nouveaux talents pourront apporter beaucoup à l’industrie artistique. D’ailleurs, il ne compte pas s’arrêter là, car bientôt il lance « Dewel » ( Cloche, Réveil en Aëmaharic ) un magazine mensuel qui vise à aider ces photographes à réaliser leurs rêves et à atteindre un plus grand public. Il aura besoin de tout notre soutien.

Une chose est certaine : Avec un téléphone portable et un groupe Facebook, Shady Deeds a réussi à créer une communauté forte liée par une vision tout aussi grande : Partager Addis au reste du monde !

Toi aussi, partage cet article pour raconter leur histoire au reste du monde

Vote 6

One Comment

Laisser un commentaire