Ulrich Sossou, il vous rend riche!

Le Premier Ministre Béninois, Lionel Zinsou, l’a recommandé spécialement comme « Le Prix Nobel du Numérique ». Ulrich Sossou,  avez-vous entendu parler de lui? Peut-être que non, mais derrière les grands succès, se trouve un faiseur de rois, qui ne se montre pas. Ulrich Sossou est un jeune Béninois de 28 ans qui parti de rien, construit peu à peu un empire. Des études scientifiques aux études d’ingénierie, il est devenu l’un des chantres de l’émancipation économique de l’Afrique.  Je suis partie à sa rencontre, dans l’espoir secret, d’être touchée par la grâce Sossou , le nouveau nom de l’effet Midas. 


Aider les autres à s’enrichir, n’est-ce pas là un drôle de métier ?

Il m’est difficile de définir ce que je fais en quelques mots en utilisant les termes professionnels habituels. Je définis donc mon métier par rapport à l’impact que j’ai sur les gens avec lesquels je travaille. J’aide des créateurs à gagner de l’argent en faisant ce qu’ils aiment. Je forme des personnes qui auraient été au chômage aux nouveaux métiers du numérique. J’aide des entreprises à créer des produits pour réaliser leur mission, des organisations à but non lucratif à être plus efficaces, etc.

Toutes ces personnes, entreprises, organisations, le but de ma collaboration avec elles c’est de les rendre plus riches, non seulement en argent  mais aussi en connaissance, en bonheur, en liberté, etc.

Takitiz, FlyerCo, Etrilabs et TEKXL. Seriez-vous un serial… entrepreneur ? 

Takitiz, c’était ma première entreprise au Benin. Une agence web fondée à Cotonou en 2010 dont l’objectif était de vendre des solutions numériques a ses clients. Il y avait moins de 50.000 béninois sur Internet en ce moment-là. L’aventure n’a duré qu’un an.

FlyerCo est une entreprise créée en 2014 qui s’adresse aux agents immobiliers. Le marché auquel elle s’adresse principalement pour le moment est celui des USA où elle compte déjà plus de 7.000 agents immobiliers comme utilisateurs.

Etrilabs est une ONG créée en 2010 par Senam Beheton. Je ne l’ai rejoint que récemment. Nous travaillons avec d’autres ONG, gouvernements et organisations internationales à mettre en œuvre des solutions technologiques innovantes pour régler des problèmes sociaux.

TEKXL c’est l’incubateur que nous avons créé au Bénin, avec Senam Beheton, pour participer à la création d’un écosystème de startups et former les jeunes à créer des entreprises qui vendent dans le monde entier.

Donc, oui. Je suis un serial entrepreneur. Ma plus grande passion c’est de résoudre des problèmes de la vie quotidienne, ce qui conduit à la création d’entreprises pour assurer la pérennité de ces solutions.

Interview avec Ulrich Sossou
Interview avec Ulrich Sossou: J’étais toute épatée

Et dire qu’au départ, vous n’aviez même pas de quoi vous payer un ordinateur.

C’était de 2006 à 2008 environ.  Je n’avais pas d’argent pour m’acheter un ordinateur, je n’avais même pas assez d’argent pour payer les heures au cyber. M’acheter un ordinateur et prendre une connexion à la maison étaient hors de prix. J’ai donc dû travailler à partir d’un cyber café pendant environ deux ans. La majorité de mon argent servait à payer le cyber, et en plus j’avais des heures de navigation gratuites en aidant le gérant du cyber à maintenir leurs ordinateurs et leur réseau.

Qu’est-ce qui vous motive donc autant depuis 20 ans  de passion ?

Ce qui me motive, c’est trouver des solutions aux problèmes que les gens rencontrent tous les jours.

Aujourd’hui, le numérique est la façon de le faire rapidement sans utiliser de grandes ressources. Le numérique c’est la façon de développer l’Afrique sans des milliards de dollars d’investissement. La lumière que je vois au bout du tunnel pour le continent africain en particulier, et pour la condition humaine en général, c’est ce qui me motive.

« Les diamants ne peuvent être conçus que sous la pression », êtes-vous né de la pression ?

La seule pression que j’ai c’est celle que je me mets tous les jours, l’impression constante que je n’ai encore rien accompli de remarquable. Si je devais citer une chose plus adéquate que la pression pour expliquer ma vie jusqu’ici, je citerais l’amour avec tous les sacrifices qui viennent avec. J’ai eu de la chance d’être éduqué par des personnes qui m’ont appris un amour inconditionnel pour les autres et pour ce que je fais.

Quelles sont les grandes réalisations de votre parcours ?

Je ne pourrai pas citer de grandes réalisations parce que je n’en vois pas. Je m’efforce constamment de faire que chaque chose que je réalise soit plus grande que la précédente.  Mes grandes réalisations sont celles à venir.

Par contre je peux citer quelques événements qui m’ont inspiré :

  • le premier contrat pour un client à l’international en 2006 qui m’a fait comprendre qu’il était possible d’avoir des clients dans le monde entier.
  • la conception d’une plateforme de cours en ligne pilote pour l’Université de Stanford, la meilleure université en Informatique,  en 2011-2012 , qui m’a montré que mes compétences étaient rares et appréciées.
  • La conception d’une application web pour faciliter la création de pages de ventes pour un client au Royaume Uni en 2013 qui a rapporté plus de 3 milliards de F CFA (5 millions de dollars ) de revenus en moins de 6 mois.

Et quelles grandes autres réalisations visez-vous ?

Mon objectif actuel est de participer à la création en Afrique francophone d’écosystèmes de start-ups de classe mondiale au cours des 5 prochaines années. Si nous réussissons, dans 5 ans, il y aura plusieurs entreprises avec des centaines de millions de dollars (centaines de milliards de francs CFA) de capitalisation à Cotonou, à Dakar, à Libreville, et autres grandes villes d’Afrique francophone. Ces entreprises emploieront des milliers de personnes.

Ulrich Sossou
Ulrich Sossou

Devrait-on résumer votre success story à celle du geek, accro aux mangas et aux pizzas qui a eu de la chance ?

Je n’aime pas particulièrement les mangas, les pizzas, ou autres stéréotypes qui caractérisent le geek de nos jours. Et si je compte le nombre de mes échecs, je fais un piètre chanceux.

Si vous étiez Mentor de l’Etat Béninois, quel est le premier conseil que vous lui donneriez ?

Se concentrer. Aujourd’hui lorsque les dirigeants politiques parlent de développer le pays,  ils ont un plan pour tous les secteurs à la fois. Il ne faut pas qu’on disperse le peu de ressources disponibles. Il faut d’abord cibler quelques secteurs à très forte valeur ajoutée, les développer. La valeur créée pourra être réinvestie ailleurs. Le pays, étant l’un des moins riches du monde, a besoin qu’on s’intéresse à tous les domaines. Mais on ne peut se le permettre, compte tenu des ressources limitées. Il faut de la discipline.

Et quels conseils donneriez-vous aux jeunes béninois en difficultés ?

Il n’y a pas de difficultés, il n’y a que des leçons. Cliquer Pour Twitter Il y a moins de dix ans, je me lavais dans la rue à Cadjèhoun, derrière une vieille feuille de tôle. La petite boutique, transformée en chambre à coucher, dans laquelle je passais les nuits avec des amis n’avait pas de douche. Je le faisais pour économiser de l’argent et lancer mon business.

Combien de jeunes Béninois sont prêts à faire cela ? D’autres auraient préféré prendre un appartement, acheter une moto, manger à leur faim, etc. Quand l’on veut réussir, on doit faire des sacrifices et ne jamais croiser les bras Cliquer Pour Twitter Quand je vois des jeunes qui ont un toit, qui mangent à leur faim, qui sont en bonne santé, qui sont allés à l’école et qui se plaignent de difficultés, cela m’attriste. Ils n’imaginent pas toutes les chances qu’ils ont. Je ne nie pas qu’il y ait des gens qui ont des raisons de se plaindre. Il y en a qui n’ont pas du tout de quoi manger. Il y en a qui sont en très mauvaise santé. Ceux-là peuvent se plaindre des difficultés. A ceux-là, je ne peux m’adresser parce que je n’ai jamais été dans une telle détresse. Mais tous les autres, qui constituent la majorité, le premier conseil que je peux leur donner, c’est d’apprendre quelque chose de nouveau chaque jour. Apprendre permet d’élargir le champ des possibilités, de créer de nouvelles opportunités. Apprendre permet d’entrevoir la lueur au bout de la route qui nous permet d’avancer et de réussir. Le second conseil, c’est de ne pas sombrer dans le désespoir. Quand on se laisse aller au désespoir, il est difficile de s’en sortir. Cliquer Pour Twitter


 

Laissez l'Afrique vous inspirer encore plus

Abonnez-vous pour lire nos histoires inspirantes 🌟

186 Comments

  1. Déodat BOKONONHOUI

    Waoooh! J’ai bien fait de faire un tour par ici. Me voilà requinquer et regonfler à bloc pour continuer à aller de l’avant. Merci Ulrich Sossou. Merci Mylene Flycka

    Reply
      1. Jonas KODJA

        si l’on veut réussir on doit faire des sacrifices et ne jamais croiser les bras. bonne leçon pour la jeunesse… félicitation a toute équipe. DIEU vous fortifie….

        Reply
  2. etienne

    ça impressionne hein ! merci pour le partage. mais je voudrais faire savoir que les exploits du genre sont singuliers, rares et semblent relever parfois du mystère. C’est ce que je pense. Merci encore Princesse.

    Reply
  3. Je sors de cette lecture en haleine. Comme si j’avais couru longtemps ! Quelle aventure les amis ! Vous me donnez plus que jamais envie de vivre les 200 ans que je convoite depuis toujours. Pour voir ce que deviendra le Bénin, l’Afrique, aujourd’hui méprisée et ballotée deci-delà, avec la contribution de jeunes comme vous. Vous êtes notre espoir, Mylène et Ulrich et vos semblables et les émules que vous ferez. Merci pour ce que vous faites. Bravo !

    Reply
  4. Très bel article : inspirant !… Et très belle rencontre, que vous nous partagez là !.. Merci !.. Et en avant pour le Bénin, Quartier numérique de l’Afrique !.. Optimisme, Confiance, pour prouver que « même sans pétrole, on peut y arriver » !….

    Reply
  5. Je connais personnellement Senam Béhéton et je sais combien c’est un bosseur et visionnaire et j’ai eu beaucoup d’occasion à visiter Etrilabs.Je suis très ému à chaque fois que je lis l’histoire d’un jeune béninois qui en veut et se donne les moyens de réussir.ce sont des exemples qui sont autant de preuves comme quoi l’Afrique a un avenir brillant.Je n’ai aucun doute que j’aurai l’occasion de le rencontrer personnellement lors de l’une de mes futures visites à TEKKXL.Merci Sissi Béhéton d’avoir partagé ce bel article sur ton mur facebook,ce qui m’a permis de ne pas passé à côté d’une bonne nourriture d’esprit.Bravo Ulrich SOSSOU et beaucoup, de respect! Merci Mylène Flicka,car il faut deux pour réussir un tango,ton article est clair limpide et savoureux.

    Reply
  6. Destin HOUNKPEVI

    Je me sens tout paresseux et tout bête après avoir lu cet interview. J’ai pas de mot pour qualifier la personnalité de l’être, mais je puisse te dire qu’il vient d’éclairer mes idées sur bien de chose. Sans être trop moralisateur et avec une humilité remarquable, tu m’as fait réaliser et revenir aux fondamentaux qui font d’un homme ordinaire un homme extraordinaire. Merci Ulrich SoSSOU. J’ai du respect pour toi.
    Merci à toi aussi Mylène flika

    Reply
  7. Belle et edifiante Interview….Congrats Mylene… & mes Respects Ulrich… la souffrance et la précarité ne sont pas une fatalité, elles nous forgent plutôt. Jeune beninois et africain bat toi pour ton avenir, le triomphe est au bout des pleures…personne ne nous le donnera mais faut l’ arracher…cela demande bcp de sacrifices et un esprit d’ abnégation. Les gens peuvent se moquer de toi aujourd’hui mais c’est demain qui compte… WORK HARD..DREAM BIG !

    Reply
  8. MEMEVEGNI M.D. Bryan

    Avoir été un de ses étudiants et l’avoir côtoyer un peu, et surtout suivi ses travaux et apprendre un peu sur lui je suis juste content pour lui. Mais juste que j’imagine un peu la difficulté dans ses recherches pour aboutir à des résultats qu’il présente aujourd’hui et que l’on semble apprécier. Ici au Bénin nous peinons pour avoir le matériel à utiliser pour sortir nos idées au lieu de souffrir pour concevoir ou de sortir des réalisations. Il faudrait que ces genres d’initiatives trouvent vraiment des centres pour héberger les jeunes et que les aînés tels que Mr Ulrich soient là pour apporter leur assistance sans failles à eux comme toujours. Il existe aussi des universités qui font déjà des choses en ce sens. Il faudrait que l’Etat y jette un coup d’œil.
    Courage à tous ceux qui ne dorment pas en portant au fond d’eux des projets qui pourront faire basculer les valeurs sur l’état de vie de la population. C’est aussi une voix de développement à grande VITESSE.
    NEVER GIVE UP THE FIGHT

    Reply
  9. NAGO Carolle

    Waoooh!!! Voilà encore une preuve que mon pays regorge de jeunes talents. De cette interview, je retiens spécialement une phrase: «Il n’y a pas de difficultés dans la vie, il n’y a que de leçons». Je suis très heureuse de constater qu’il y a encore des gens qui pensent ainsi dans ce pays. Merci Mylène Flicka de nous faire découvrir ce talent.

    Reply
  10. Merci Mylène! Ton article est une source d’inspiration pour les jeunes comme moi qui investissent en leur futur et qui croient en leur avenir! Bravo à toi car tout comme lui tu contribues au changement de mentalité qu’il faut pour les jeunes africains de part cet article
    .

    Reply
  11. Aris

    A copier car il s’agit d’un exemple. Je l’ai croisé entre 2006 ou 2007 descendant des escaliers de Tam-Tam en allant voir un ami. qui n’a fait que d’éloge.

    Reply
    1. Mylène Flicka Author

      C’est un monsieur formidable. Qui a toute mon admiration. Je suis heureuse que vous l’ayez connu également. Merci à vous pour le témoignage et la lecture!

      Reply
  12. PEDRO

    Mylène ca fait un moment que j’ai perdu de vue mais aujourd’hui en parcourant ma fil d’actualité sur Facebook , je suis tombé sur ce lien que j’ai voulu voir. Je n’ai pas été déçu de cliquer sur ca parce que j’ai été touché par son histoire qui me donne plus de tonnus d’encourager pour aller de l’avant. C’est passionnant et je profite pour te remercier pour les recherches que tu fais et de les partager avec nous, merci à Ulrich pour les conseils. À bientôt

    Reply
    1. fdegila

      Je suis tombé sur cet article après avoir cliqué sur un lien depuis la page Facebook de Marie-Cécile Zinsou. Pourquoi n’a-t-on pas fait la promotion de Ulrich depuis la prise de fonction du premier ministre ?

      Reply
      1. Mylène Flicka Author

        Bonjour, Le blog a été lancé en Novembre 2015. Je ne vois pas le rapport avec le premier Ministre. Ce blog est complètement apolitique. Tout commentaire offensant sera supprimé. Merci pour la lecture. Bonne journée.

        Reply
        1. Fernand

          Bonjour Mylene, j’essaie de comprendre pourquoi les jeunes talentueux comme Ulrich ne sont pas célébrés. Loin de moi l’idée de parler politique. Merci d’avoir mis en lumière Ulrich à travers ton blog. Bonne réception.

          Reply
  13. Je découvre, et c’est un excellent partage que tu présentes là.
    Bravo à toi.
    C’est un modèle vraiment inspirant et à présenter aux jeunes, à tous ceux qui plient le genou.
    Courage à tous.
    Le succès est au bout de la persevérance

    Reply
  14. Lorel ATTOLOU

    Chaque commentaire a exprimé ce que j’ai ressenti à la lecture de cette entrevue…je ne me lasserai jamais d’apprécier le beau boulot…le beau cadrage des images et le montage…du choix des questions à la qualité de chaque réponse…je suis fier d’être jeune…et jeune béninois. Mylène…Ulrich…Jasmin…la foi en nous porte vos marques ! Keep it up Irawo nuestros

    Reply
  15. Gangbo Gery

    Emouvan ce recit de ce jeune homme.nous avons des talents au Benin et je viens d’en avoir encore la preuve. Merci M-M pour nous avoir permis d’en découvrir Un. ça nous encourage et nous motive à chaque jour nous battre pour atteindre nos objectifs. Merci

    Reply
  16. Gangbo Gery

    Vraiment emouvant tt ce qu’on apprend sur un jeune beninois. Reussir cest croire en ses rêves et aller au bout d ceux ci.M-M merci à toi pour nous avoir permis d’apprendre à travers c blog.courage pour encore plus de succès.

    Reply
  17. Omaël QUENUM

    L’idée qu’on puisse réussir à partir de rien encourage les autres qui veulent vraiment réussir mais dont les débuts sont difficiles qu’il est encore possible d’atteindre leurs buts. Merci pour l’interview Mylène Flicka.Perso je n’avais jamais entendu parler de Ulrich sossou mais il d’après ces quelques lignes il est épatant. J’espère qu’il évitera le piège des politiciens qui voudront utiliser son image. Dans ce cas il finira noyé et phagocité par leurs ambitions.. Bref. L’avenir sera toujours rose pour ceux qui le veulent vraiment. Les success stories à l’africaine existent bel et bien ! Salut !

    Reply
  18. TOLOME Mickael.

    l’un de mes idole était jusqu’à ce jour Verone MANKOU pour le travail extraordinaire qu’il a abattue. je pense que je vient de trouver un autre mentor dont j’ai tout à apprendre.
    merci Mylène pour cette découverte

    Reply
  19. FANOU BRICE

    tres impressionnant. Certains jeunes savaient cette leçon mais abandonnent en cours de chemin.
    Pour nous qui n’avons pas encore réussi, nous devons nous battre voila un exemple qui fait bouger la toile depuis quelques heures.
    Je veux juste profiter pour nous(ceux qui ont envie de réussir) exhorter à plus de persévérance.
    Que Dieu nous aide et accepte nos priières.

    Reply
  20. Rodrigue Kolawolé Cruz

    « Chaque oeuvre entreprise,doit être plus grande que la précédente »,belle leçon! Merci pour ça et vraiment,je ne regrette pas d’avoir fait un tour ici. Il a sûrement fait sienne cette maxime d’Oscar Wilde qui, si je me rappelle, disait à quelques mots près: »il faut toujours viser la lune car,même en cas d’échec,on atterrit toujours sur les étoiles »…..bref…..Merci Mylène.☺

    Reply
      1. Arafate idohou

        Le meilleur reste à venir. Il y en a tellement de beninois capable partout dans le monde. J en croise tout les jours et malheuresement, ils font la fierté de d’autre pays. J appel au rassemblement

        Reply
  21. JACQUET Yasmine

    Merci à vous deux. Toi Mylène sans ton écriture nous ne saurions qu’un tel talent, qui plus est jeune, existe dans notre petit pays. Lui Ulrich, pour son ambition, son humilité, sa vision pour son pays et son continent.

    A bientôt j’espère pour de nouvelles aventures!

    Reply
  22. Wenceslas BOCO

    Vouloir c’est pouvoir! Ceci doit être le leitmotiv de la jeunesse. Nos jeunes frères et nous même devrions lire relire prendre une décision. Je n’ai pas encore fait de grandes réalisations.
    On peut être né pauvre mais nous pas le droit de mourir pauvre, c’est inadmissible.
    Combien de jeunes liront le texte jusqu’à la fin? Seul le travail paye.
    Je veux bien le rencontrer charmante Mylène
    Que ceux qui ont des oreilles entendent et que ceux qui ont un cœur pur comprennent……….

    Reply
  23. Victor Gbemenou

    Ce garçon est un véritable exemple pour la jeunesse africaine en général et plus particulièrement pour notre pays, le Bénin.
    C’est rassurant de savoir que tous les jeunes de nos rues qui passent tout leur temps dans les cybers et derrière l’écran d’un ordinateur ne versent pas dans la criminalité.
    Il faut féliciter et remercier ceux qui révèlent au monde ce génie béninois et prier que le politique n’étouffe en lui cette passion afin que dans les années à venir, le Bénin et l’Afrique puissent connaître plusieurs autres Ulrich Sossou que j’encourage.

    Reply
  24. GANSARE Boni

    Très jeune…mais pétri d’ expériences! C’est une valeur. Il faudrait songer à organiser des plans de formation dans les communes pour partager et inculquer cette vision à notre génération qui verse plutôt dans les vices, la fatalité, la facilité, la médiocrité etc… Nous avons besoin de changer et d’ insuffler une nouvelle dynamique à cette génération en pleine déperdition. Le Bénin en a besoin pour assurer la relève de qualité.

    Reply
  25. Jules

    Je suis fier de lui et complètement ému de son travail. Si nous jeunes peut penser comme Ulrich je pense qu’on emportera le Bénin au sommet.
    Merci à vous deux pour le partage

    Reply
  26. DARIMAGE

    Mylène je t’ai rencontré il n’y a pas fort longtemps mais tu m’a marqué en peu de temps et j’ai la ferme conviction que tu es un talent qui sait reconnaître les talents, au besoin les  » chasser ». Je sens qu’il y a une nouvelle génération qui fera bouger les choses dans ce pays et qui n’a point besoin de chanter la litanie quotidienne et éternelle des plaintes, plaintes qui ne mène d’ailleurs a rien. Dans la vie gagnent seuls ceux qui savent que la seule façon d’obtenir ce qu’on veut est d’aller le chercher.

    Reply
  27. allahassa roland

    Difficile de passer ici sans laisser un mot. tous les ingrédients d’une jeunesse africaine qui gagne et qui a soif de connaissances y sont: inspiration en actions, audace, détermination, abnégation, authenticité, proximité … trop peu de mots pour qualifier le contraste entre la simplicité du discours et la grandeur d’esprit de son contenu. bravo Ulrich!, bravo Mylène! l’histoire n’a fait que commencer.

    Reply
  28. Très bel article! Inspiring! sauf qu’on ne comprends pas très bien ce qu’il fait comme métier et son parcours peu être – j’ai compris qu’il est ds le numérique et qu’il développe des appli mis c’est tt ! en tt cas bravo ! tu nous montre une facette entreprenante des jeunes béninois

    Reply
    1. Mylène Flicka Author

      Merci Femi. Son travail est d’aider les gens. Il n’y a pas de terme consacré pour le dire. Il aide les gens dans leur travail, un consultant en quelque sorte. Merci beaucoup pour la lecture!

      Reply
    1. Mylène Flicka Author

      Merci Audrey pour la lecture! Nous souhaitons beaucoup de courage à Ulrich. Puisse son exemple inspirer bien d’autres à exceller !

      Reply
  29. Abdoul SEIBOU

    Franchement, ma fierté d’être Africain en général et béninois en particuliers ne fait que grandir!! Merci Ulrich! Tu représente désormais l’espoir; l’espoir que tout est encore possible et que nous africain avons le potentiel de se développer et de prendre ainsi en main notre destinée.Tu n’imagine pas le nombre de jeune béninois que ton parcours inspirera..Mon admiration pour toi est sans limite..
    Merci aussi à toi Mylène! Tu fais vraiment du bon travail…

    Reply
  30. Kenneth ZOUNON

    Je suis tombé sur ce site par « je ne sais quelle alchimie », mais je commence vraiment par l’apprécier.
    Merci à toi Mylène. Et continue ton beau boulot. Les success stories ne viennent pas seulement d’ailleurs pour nous montrer à quel point nous sommes vraiment en retard ou « inintelligent ».
    L’Afrique a aussi son mot à dire dans ce 21ème siècle.

    Reply
  31. Lionel Menard

    j’admire beaucoup son parcours, car ça motive a toujours foncer et ne jamais se décourager quand on a des objectifs. c’est bien d’avoir de tel visionnaire chez nous , ça rend fière et nous montre que n’importe qui peut faire la différence surtout que aujourd’hui les choses évoluent très vite..
    je pense d’ailleurs j’aurais besoin de lui..
    Merci vous pour le travail qui se fait ici..
    C’est Notre pays qui gagne.

    Reply
  32. HOUNHOUI

    Combien de jeunes Béninois sont prêts à faire cela ? D’autres auraient préféré prendre un appartement, acheter une moto, manger à leur faim, etc.
    ça me rapelle…
    Merci pour l’article!!

    Reply

Laisser un commentaire