Keith Haring, le génie qui casse les codes du street art

Il y a quelques temps, la Fondation Zinsou

…retirait l’ensemble de l’accrochage de sa galerie d’art mettant à l’honneur les oeuvres de Keith Haring. À Cotonou, l’exposition a accueilli près de 25.000 visiteurs entre mi-novembre et début janvier. Deux tiers des visiteurs avaient moins de 18ans.

😅 Credits : Yanick Folly

Combien des 25.000 visiteurs de la Fondation Zinsou ont réalisé qu’ils étaient en présence d’un pionnier de l’un des 5 piliers du Hip-Hop?

Si vous l’ignoriez, le Hip-hop est un mouvement culturel, qui repose sur 5 piliers: Le DJiing, La Danse, Le MCiing, le graffiti, et le street knowledge. Au-delà de la musique, c’est un vrai lifestyle, une communauté à l’échelle planétaire.

Keith Haring était unique en son genre.

Avec son art controversé, spontané, éphémère et accessible à tous, il a ouvert un peu plus la porte et repoussé les limites du street-art dans le monde. Il avait une vision unique pour ses oeuvres. Il a lui-même dit:

Je veux créer un art qui soit vécu et exploré par le plus grand nombre d’individus possible avec le plus grand nombre d’idées individuelles possible sur l’œuvre sans qu’aucune signification finale ne soit imposée.

Keith Haring; Credits : Keith Haring Foundation

On retrouve dans cette citation de 1978 des éléments propres au graffiti et au street art d’aujourd’hui: l’ouverture d’esprit, la visibilité par le plus grand nombre (la rue), la liberté d’interprétation et un vécu partagé par un grand nombre de personnes.

Le personnage en lui-même intriguerait bien plus d’un, surtout en Afrique où les préjugés ont la peau dure. «Live fast die young» ou encore «YOLO» sont des expressions qui le définissent. Habitué au monde de la nuit, aux spiritueux et psychotropes, Keith Haring avait également une vie sexuelle relativement débridée, et ses œuvres en disent très long sur son orientation sexuelle… A de nombreuses reprises il fut arrêté voire emprisonné, mais les particularités du personnage n’enlèvent absolument rien au talent et au génie créatif de l’artiste. 

Keith Haring, c’est le mec qui a démocratisé le graffiti.

Un dessin dans la rue, un coup de craie dans le métro ou encore un coup de feutre sur un panneau de signalisation, Keith Haring s’exprimait partout. La surface lui importait peu, ce qui comptait c’était le message. Un tel artiste vous ouvre forcément un peu plus l’esprit à chacune de ses oeuvres.

La surface lui importait peu, ce qui comptait c’était le message Cliquer Pour Twitter
Source : www.lhommetendance.fr

Outre le fait d’avoir ramené une pointure, un pionnier, un grand nom, la Fondation Zinsou a frappé un grand coup: Saviez vous qu’il s’agissait de la première exposition de Keith Haring en Afrique? On a pu y découvrir toute l’Africanité de Keith au travers d’une série de masques qui respirent à plein nez la terre mère « mama Africa ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Keith Haring c’est tout simplement ce génie qui casse les codes,

…ou même un ovni dans le domaine de l’art. Ses oeuvres parlent à tout le monde, aux adultes, et même aux plus jeunes. Il ne manquera surement pas d’inspirer quelques futurs talents…

Peut-être devrions nous dès maintenant songer à une rubrique #Babyrawo ( rires )

Mawunu Feliho


Au nom de la Bombe numéro 1.

Laissez l'Afrique vous inspirer encore plus

Abonnez-vous pour lire nos histoires inspirantes 🌟

One Comment

Laisser un commentaire