Ces 7 Conseils de Tony Elumelu Feront de Vous Un Meilleur Leader

On le décrit comme un économiste philanthrope et passionné par l’Afrique. Et pour cause ! Tony Elumelu, devenu patron de banque à 33 ans, est connu comme l’enfant prodige de la finance Africaine. En 1997, il convainc quelques investisseurs d’injecter des fonds dans une structure bancaire locale en difficulté, la Crystal Bank qui devenue Standard Trust Bank se hisse très vite au Top 5 des grandes banques nigérianes.

En 2005, Tony Elumelu conduit l’une des plus grandes fusions de l’histoire des marchés financiers du Nigéria et de l’Afrique subsaharienne en acquérant la United Bank For Africa. Aujourd’hui, le groupe UBA, plus de 12 milliards d’actif, est présent dans 20 pays Africains et est considéré comme l’une des plus grandes institutions bancaires panafricaines. Cette action a forgé sa réputation de redoutable homme d’affaires.

En 2010, Tony Elumelu se retire des opérations bancaires à temps plein, pour fonder son empire : Heirs Holdings, un conglomérat de 9 sociétés d’investissement présentes dans les secteurs importants de l’économie Africaine : la banque, l’immobilier, l’hôtellerie, l’énergie, l’agro-industrie et la finance. Ce qui fait de lui l’heureux détenteur d’un patrimoine estimé à 1 milliard de dollars. Le Magazine Forbes place Tony Elumelu au 31è rang des fortunes sur le continent africain et au 2ème rang des personnalités les plus puissantes dans le monde du business en Afrique.

Depuis 2015, Tony Elumelu est engagé à travers sa Fondation à financer à hauteur de 100 millions de dollars, 10 000 startups africaines sur 10 ans afin de créer un million d’emplois sur le continent. Après des stages et des formations en leadership, business et management, les entrepreneurs du TEEP  ( le TONY Elumelu Entrepreneurship Program) reçoivent un investissement de 10 000 $ pour accélérer la croissance de leur startups. C’est sa vision de « l’Africapitalisme« , un capitalisme africain qui privilégie les investissements à long terme dans les petites et moyennes entreprises.

 » Nous manquons d’entrepreneurs en Afrique. Les jeunes ont des idées, mais ils n’ont souvent ni la formation, ni le capital pour démarrer, ni les mentors pour les guider.  » Tony Elumelu

Sur son compte LinkedIn, Tony Elumelu a partagé les réponses aux 7 questions que les jeunes entrepreneurs lui posent très souvent sur le leadership.

1- Qu’est-ce que le vrai leadership ?

Le leadership c’est comment nous conduisons des personnes à fournir des résultats. Le leadership consiste à apporter de la cohérence entre l’intérieur et l’extérieur. Le leadership c’est instiller la confiance dans votre équipe, car en tant que leader, vous n’opérez presque jamais seul. Les grands leaders fournissent des résultats à travers d’autres personnes.

2- Quelle est la relation entre le leadership et le but ? 

Le leadership est plus efficace quand il est orienté-objectif, quand il est accompagné par une vision. Le leadership a de l’impact lorsqu’il y a un fort sentiment d’urgence. Nous avons besoin de visionnaires en Afrique pour nous conduire. Nous avons besoin que les pays Africains connaissent plus de succès qu’aujourd’hui. Cela demande un leadership visionnaire. Pour élever le niveau de vie en Afrique, nous avons besoin d’un leadership responsable et déterminé !

3- Leadership et héritage ? 

Le leadership, ce n’est pas du hasard. Les leaders se construisent, et ceux qui pensent héritage, ceux qui se préoccupent du jugement que portera l’histoire sur eux, la plupart du temps s’avèrent être des leaders exceptionnels. En Afrique, tant dans les secteurs privé que public, nous avons besoin de tels dirigeants. En tant que continent, nous sommes dotés de tant de choses, la vérité est que nous ne devrions pas être là où nous en sommes.

Le leadership, ce n’est pas du hasard. Les leaders se construisent. Tony Elumelu Cliquer Pour Twitter

4- Quel a été le secret de votre propre succès ?

Je dirais que les gens font toute la différence. À mon avis, la stratégie représente moins de 10% de ce qui mène au succès. Ce qui mène au succès est l’exécution, et l’exécution ne se produit pas si vous n’avez pas les bonnes personnes. Mais même si vous avez les bonnes personnes et que vous n’êtes pas en mesure de les mobiliser, vous n’obtiendrez pas le meilleur d’eux.

Les gens font toute la différence. La stratégie représente moins de 10% de ce qui mène au succès. Cliquer Pour Twitter

Je dirais également que le facteur de succès le plus critique est l’équation des personnes – avoir les bonnes personnes, les encourager, créer un sentiment d’amitié ; faire lever les gens pour qu’ils travaillent dans un but générationnel, les faire se sentir valorisés et importants.

Parfois, les gens ne demandent pas grand chose; ils veulent juste de la reconnaissance, du respect et un leader qui leur indique la bonne direction. Pour inspirer de la confiance, vous devez créer, autant que possible, une organisation et un environnement axés sur le mérite.

C’est ce que je dis toujours aux leaders qui cherchent des conseils : concentrez-vous sur l’équation des personnes, elles font la plus grande différence. Il y a beaucoup d’autres facteurs, mais celui-ci est le plus important.

5- Comment un leader doit-il gérer les « saboteurs » ?

Première chose, est-ce qu’ils existent ? Oui ! Certaines personnes pourraient les appeler des traînards, et pourtant d’autres peuvent les étiqueter comme des personnes qui ne se conforment pas à l’attitude et à la culture que vous désirez en tant qu’organisation. Personnellement, je les appelle des « doigts lépreux » – et vous devez exorciser dès que possible ! Si vous les laissez s’éterniser, ils se propagent et ils affectent les autres doigts.

Mais avant d’exorciser, explorez comment vous pouvez traiter ce doigt lépreux. Comment le traiter ? Vous le faites en conseillant, en reformant, en conciliant et en corrigeant.

Toutefois, si la personne persiste dans ses déviances, s’il vous plaît n’hésitez pas à l’éjecter. Dans le secteur privé, si vous ne faites pas le bon jugement, la marché vous disciplinera soigneusement d’héberger des anti-conformistes dans votre organisation.

Si vous ne faites pas le bon jugement, la marché vous disciplinera soigneusement Cliquer Pour Twitter

6- Quelles sont vos stratégies personnelles pour instiller de la discipline à votre équipe ?

Tout d’abord, il faut accorder à chacun le bénéfice du doute. Je pense que la plupart des gens veulent se conformer et posséder de la discipline. C’est là que la formation et le développement interviennent, cela fait beaucoup de différence dans l’environnement de l’entreprise. Parfois, les gens font des erreurs de bonne foi, parce qu’ils n’ont pas été formés correctement.

Une autre question est la clarté de l’objectif. Les gens doivent bien comprendre la vision. Parfois, ils font des erreurs par ignorance. Vous les corrigez, mais comme je le dis souvent aux leaders, vous devez être juste, mais ferme. Une organisation où vous êtes juste mais la fermeté manque, ne fera pas beaucoup de progrès. Si vous êtes ferme mais pas juste, vous n’obtiendrez pas un bon résultat.

Si vous êtes ferme mais pas juste, vous n'obtiendrez pas un bon résultat. Cliquer Pour Twitter

Donc, la discipline pour moi commence par les gens qui comprennent les règles, les « do » et les « don’ts ». Formez et  encouragez votre équipe à se comporter convenablement. Quand certains s’égarent, vous devez gérer la situation parce que les autres regardent. Vous devez corriger les erreurs pour le bien de l’organisation. Vous le faites, pas parce que c’est ce que vous aimeriez faire, mais parce que c’est ce que vous devez faire pour réussir en tant que groupe.

7- Comment trouvez-vous l’équilibre entre le sacrifice personnel que vous faites pour votre vision et le sacrifice personnel que vous attendez de votre équipe ?

Je pense que si vous priorisez les intérêts de votre équipe, ils vont prioriser votre vison. Si vous mettez vos gens en priorité, ils vont mettre votre mission et votre but d’abord.

Personnellement, j’ai fait des sacrifices. Mais quand vous appréciez ce que vous faites, ce n’est pas une corvée, c’est quelque chose que vous êtes personnellement heureux de faire. De la même façon, si les membres de votre équipe se connectent à la mission et sont passionnés par ce qu’ils font, ils sont prêts à subir quelques inconvénients ici et là.

Vous travaillez et produisez des résultats à travers des gens, et si ces personnes sont positivement mobilisées, vous réussirez, si elles ne sont pas positivement mobilisées, vous ne réussirez pas.


Si ces précieux conseils t’ont aidé, partage cet article pour aider quelqu’un d’autre  👊🏾

Laissez l'Afrique vous inspirer encore plus

Abonnez-vous pour lire nos histoires inspirantes 🌟

Mylène Flicka
Suivez-la

Mylène Flicka

Mylène rêve de changer le monde avec un stylo-à-bille et un clavier Azerty.
Mylène Flicka
Suivez-la

One Comment

Laisser un commentaire